Prêcher pour persuader | Ministère Ligonier
“Ne jugez point”
7 septembre, 2023
L’unité de la race humaine
14 septembre, 2023

Prêcher pour persuader

Note de l’éditeur : Ceci est le douzième chapitre de la série La doctrine de l’homme.

Les pasteurs ont la vocation divine de prêcher la Parole de Dieu. Ils doivent le faire avec persuasion, comme Paul le fit en Actes 18.4 : “Paul discourait dans la synagogue chaque sabbat, et il persuadait des Juifs et des Grecs.” Les prédicateurs doivent s’efforcer de persuader leurs auditeurs non seulement d’entendre et de recevoir la vérité de Dieu, mais aussi de l’appliquer. Malheureusement, comme l’a fait remarquer Michael J. Kruger, la persuasion est “la seule chose essentielle qui manque dans la plupart des sermons”. En proposant ces trois réflexions sur la prédication persuasive, mon objectif est d’encourager mes collègues pasteurs à prêcher avec plus de persuasion.

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT

La prédication persuasive repose sur la confiance en la puissance du Saint-Esprit pour convertir les pécheurs. Lorsque vous vous tenez derrière votre chaire chaque dimanche, n’oubliez pas que vous prêchez à une assemblée composée à la fois de brebis et de boucs. Une Église locale compte à la fois des croyants et des incroyants. Les Églises ne sont pas parfaitement pures. Les incroyants comme les croyants ont besoin de l’Évangile : les premiers pour leur salut, les seconds pour leur sanctification.

Prêcher aux incroyants revient à parler aux morts. Nous voyons cette image en Ézéchiel 37, lorsque Dieu a chargé son prophète de prophétiser à des ossements desséchés, symbolisant la condition spirituelle de “toute la maison d’Israël” (v. 11). Comme ces ossements desséchés, les enfants d’Israël étaient spirituellement morts. Dieu a commandé à Ézéchiel de leur dire : “Ossements desséchés, écoutez la parole de l’Éternel” (v. 4). Comment persuader ces ossements d’écouter la Parole de Dieu alors qu’ils sont morts ? C’est ici que vous devez être entièrement convaincu de la puissance surnaturelle de l’Esprit pour rendre la vie avec le Christ à des pécheurs spirituellement morts (Éph 2.5).

Par conséquent, prêchez avec la pleine conviction que Dieu possède la capacité de sauver même ceux qui vous semblent, humainement parlant, impossibles à sauver. Avec cette conviction, persuadez les membres croyants de votre Église de ne pas renoncer à partager l’Évangile avec leurs proches et amis incroyants, et à prier pour leur conversion.

SOUVERAINETÉ DIVINE ET RESPONSABILITÉ HUMAINE

La prédication persuasive englobe à la fois la souveraineté divine et la responsabilité humaine. Appeler les incroyants à se repentir de leurs péchés et à croire en Christ peut sembler illogique. Après tout, à moins que Dieu ne vivifie les âmes mortes, elles ne peuvent pas ni se repentir ni croire. Il semblerait donc plus logique que Dieu ouvre d’abord leurs cœurs à l’Évangile, avant que nous ne les appelions à la repentance et à la foi. Bien que cela nous semble plus logique, cela n’est pas le modèle biblique. Par exemple, Dieu a commandé à Ézéchiel de proclamer ses paroles au peuple d’Israël avant de le régénérer. “Je prophétisai, écrit le prophète, selon l’ordre qu’il m’avait donné. Et l’Esprit entra en eux, et ils reprirent vie” (Éz 37.10). Nous apprenons ici comment Dieu utilise ordinairement la proclamation de sa Parole pour régénérer les pécheurs. Et bien que les incroyants soient spirituellement morts – et donc incapables de croire en eux-mêmes et par eux-mêmes – ils ont néanmoins le devoir de croire pour leur salut. Le message de l’Évangile est clair : crois au Seigneur Jésus-Christ, et tu seras sauvé (Actes 16.31). Personne ne peut s’attendre à être sauvé s’il ne croit pas. En fait, tout comme les pasteurs ont reçu le commandement de prêcher l’Évangile, les incroyants ont reçu le commandement de croire en l’Évangile.

L’Esprit est notre ultime agent de persuasion, pourtant les prédicateurs sont appelés à être des agents de persuasion.

Ainsi, la prédication persuasive n’hésite pas à proposer l’Évangile gratuitement, et à exhorter les irrégénérés à se repentir et à croire. La prédication hypercalviniste, en revanche, soutiendra que puisque les incroyants sont incapables de croire, car ils sont morts dans leurs péchés, ils n’ont pas le devoir de croire en Jésus pour être sauvés. Par conséquent, les appeler à venir à Christ par la foi n’est pas seulement irrationnel, mais aussi antiscripturaire.

Au contraire, la prédication persuasive s’appuie à la fois sur la souveraineté divine et sur la responsabilité humaine, ce qui veut dire que si Dieu ne nous accorde pas la foi, nous ne pouvons pas croire, et pourtant nous avons la responsabilité de croire. L’Esprit est notre ultime agent de persuasion, pourtant les prédicateurs sont appelés à être des agents de persuasion. Mais comment la prédication persuasive peut-elle concilier ces deux éléments ? Charles Spurgeon s’est penché sur la question :

Vous me demandez de réconcilier les deux. Je réponds qu’ils ne veulent pas de réconciliation ; je n’ai jamais essayé de les réconcilier avec moi-même, parce que je n’ai jamais pu voir de divergence […] Les deux sont vraies ; il n’y a pas deux vérités qui puissent être incompatibles l’une avec l’autre ; et ce qu’il vous faut faire, c’est de les croire toutes les deux.

TÊTE ET CŒUR

La prédication persuasive s’adresse à la fois à la tête et au cœur, dans le but d’inciter les mains à l’action. Lorsque vous prêchez, efforcez-vous de prononcer des sermons capables non seulement d’informer la raison de vos auditeurs, mais aussi de toucher leur cœur et d’inciter leurs mains à mettre en pratique ce qui a été prêché.

Hélas, certains pasteurs prêchent comme des journalistes ou des conférenciers, préoccupés uniquement par la transmission des connaissances. J’ai entendu un jour un pasteur dire : “Ma vocation de prédicateur est simplement d’enseigner la vérité de Dieu. L’application de cette vérité n’est pas mon travail, mais celui du Saint-Esprit”. Mais comme l’a affirmé Derek W.H. Thomas : “La prédication consiste en l’enseignement avec l’application. Suggérer que la prédication est l’application, c’est exagérer, mais s’il n’y pas la composante se demandant “Alors maintenant ?”, c’est quelque chose de moindre que la prédication.” Pour qu’un pasteur puisse prêcher avec persuasion, il doit connaître ses membres suffisamment bien afin de répondre efficacement à leurs besoins spirituels ainsi qu’à leurs luttes.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

Brian G. Najapfour
Brian G. Najapfour
Rév. Brian G. Najapfour est pasteur de l'Heritage Reformed Congregation à Jordan. Il a servi comme pasteur aux Philippines et aux États-Unis pendant plus de vingt ans. Il est l'auteur de plusieurs livres, dont "The Gospel-Driven Tongue" et "A Hearer of God’s Word".