Considérez votre adversaire | Ministère Ligonier
Pourquoi la controverse est parfois nécessaire
12 octobre, 2020
Considérez le public
19 octobre, 2020

Considérez votre adversaire

Note de l’éditeur : Ceci est le sixième chapitre de la série la controverse.

J’ai été convaincu que la théologie réformée était vraie alors que je fréquentais le séminaire théologique de Dallas, l’institution phare de la théologie dispensationelle. Certains de mes camarades de classe m’ont accusé d’être apostat lorsqu’ils ont découvert que j’avais rejeté le dispensationalisme. Ayant revêtu mon nouvel uniforme calviniste et mes cinq points, j’ai adopté une attitude paternaliste et condescendante envers ceux qui restaient attachés au dispensationalisme. La moquerie est devenue l’arme principale de mon arsenal. À mon arrivée au Reformed Theological Seminary, j’ai atterri en plein milieu de débats entre étudiants sur des sujets qui ne m’étaient pas familiers – débats sur la théonomie, la méthodologie de l’apologie, et plus encore – et qui n’étaient pas fréquents à Dallas. Je n’ai pas pu contribuer beaucoup à ces discussions, mais j’ai continué à me moquer des dispensationalistes.

J’étais dans ce que Michael Horton appelle le « stade de la cage » – cette période de temps pendant laquelle un nouveau converti à la théologie réformée devrait être enfermé dans une cage pour son propre bien et celui des autres autour de lui. Pendant la phase de la cage, le novice converti réformé est souvent en colère parce que les doctrines de la grâce ne lui ont pas été enseignées plus tôt. Il peut être particulièrement vitriolique envers la tradition dont il est issu, et malheur à ceux qui restent dans cette tradition (qu’il s’agisse du dispensationalisme ou d’autre chose). Ils sont souvent considérés comme intellectuellement inférieurs parce qu’ils ne sont pas capables de voir la simple vérité de l’Écriture que le calviniste, dans son génie, voit. Ils deviennent la cible de plaisanteries, de sarcasmes et de dérisions. Le niveau d’arrogance et d’orgueil que l’on peut atteindre au stade de la cage est sidérant et difficile à comprendre et affreux à voir.

Je ne sais pas si John Newton a vécu quelque chose de comparable à un « stade de la cage » après sa venue à Christ. Je sais que sa lettre « Sur la controverse » m’a aidé à voir ce que j’avais fait. Newton a écrit cette lettre à un collègue pasteur qui avait l’intention de prendre la plume contre un autre pasteur qu’il croyait être dans l’erreur. C’est parfois nécessaire, mais Newton donne de sages conseils sur la manière de procéder. Dans sa lettre, il conseille à son ami de réfléchir à trois choses : son adversaire, son public et lui-même. Dans cet article, nous allons examiner comment nous devons penser à nos adversaires dans la controverse.

Newton commence cette section de sa lettre par un conseil très judicieux. Il écrit :

En ce qui concerne ton adversaire, je souhaite qu’avant que tu ne la mettes sur papier, et pendant tout le temps où tu prépares ta réponse, tu puisses le recommander par une prière sincère à l’enseignement et à la bénédiction du Seigneur. Cette pratique aura une tendance directe à amener ton cœur à l’aimer et à avoir pitié de lui ; et une telle disposition aura une bonne influence sur chaque page que tu écriras.

Avez-vous déjà pensé à prier pour ceux avec qui vous êtes engagé dans une quelconque controverse ? Cela semble évident, mais nous avons tendance à être tellement pris dans le feu de la bataille que nous oublions facilement de le faire. Nous considérons notre adversaire théologique de la même manière qu’un soldat considère un combattant ennemi – comme quelqu’un à détruire avant qu’il ne nous détruise. Ainsi, le débat théologique dans les cercles calvinistes dégénère parfois en l’équivalent verbal d’un match de boxe. Si nous devions prier pour ceux avec lesquels nous nous engageons dans la controverse, nous serions moins enclins à la colère et à la malveillance à leur égard.

Newton explique ensuite que nous devons nous demander si notre adversaire dans la controverse est un croyant ou non.

Si tu le considères comme un croyant, bien qu’il se trompe grandement au sujet du débat qui vous oppose, les paroles de David à Joab concernant Absalom, sont tout à fait pertinentes : « Pour l’amour de moi, faites doucement avec le jeune Absalom ! » Le Seigneur l’aime et le supporte ; tu ne dois donc pas le mépriser ni le traiter durement. Le Seigneur te supporte également et attend de toi que tu fasses preuve de tendresse envers les autres, dans le sens du pardon dont tu as toi-même besoin. Dans peu de temps, vous vous rencontrerez au ciel ; il te sera alors plus cher que l’ami le plus proche que tu as sur terre ne l’est maintenant pour toi. Anticipe cette période dans tes pensées ; et bien que tu puisses trouver nécessaire de t’opposer à ses erreurs, considère-le personnellement comme une âme sœur, avec laquelle tu dois être heureux en Christ pour toujours.

Combien de fois l’oublions-nous. Combien de fois oublions-nous de traiter les frères en Christ comme des frères en Christ – ceux que le Père aime et ceux avec qui nous partagerons l’éternité dans le nouveau ciel et la nouvelle terre.

D’autre part, si nous considérons notre adversaire comme un non-croyant, il faut nous rappeler que « c’est ma trajectoire sans la grâce de Dieu ». Dieu aurait pu ouvrir ses yeux plutôt que les nôtres. Nous devons rester humbles. Nous devons nous rappeler que nous aussi, nous avons été aliénés de Dieu. Nous aussi, nous étions des ennemis du Seigneur. Dans ce cas, notre prière doit être pour sa conversion, et nous devons veiller à ne rien faire qui puisse lui barrer la route. Nous devons parler ou agir dans l’espoir que nos paroles seront utilisées par Dieu pour amener cette personne à la foi et à la repentance.

La lettre de Newton nous encourage à traiter nos adversaires en controverse comme nous souhaiterions être traités, et s’il y a une chose que nous n’aimons pas tous, c’est d’être déformé ou calomnié. Nous devons donc nous efforcer de représenter fidèlement les points de vue de nos adversaires. Bien que Newton ne traite pas explicitement de cette question, elle est implicite dans ses propos.

Le neuvième commandement nous interdit de faire du mal à notre voisin par des mensonges (Ex 20.16). Ceux qui suivent Christ ne doivent pas porter de faux témoignage contre d’autres personnes – opposants théologiques ou autres (Ex 23.1,7 ; Lév 19.11,14,16). Déformer la position d’un adversaire au milieu d’une controverse théologique, c’est calomnier cette personne, et la calomnie est un exemple de mauvais usage des mots et du langage (Jacques 4.11).

Déformer les opinions de ceux avec qui nous sommes en désaccord n’est pas seulement malhonnête, c’est inutile. Nous devons nous efforcer de représenter honnêtement les points de vue de nos adversaires. Tabasser un homme de paille est un exercice inutile et nous donne l’air plutôt idiot dans le processus. On ne peut pas convaincre un adversaire de l’erreur de son point de vue si on argumente contre un point de vue que cet adversaire ne partage pas.

Efforçons-nous donc, dans la controverse, de nous souvenir de notre adversaire. N’oublions pas de prier pour lui, de le traiter avec douceur et de le traiter avec la plus grande honnêteté.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.
Keith A. Mathison
Keith A. Mathison
El Dr. Keith A. Mathison es profesor de teología sistemática en Reformation Bible College en Sanford, Florida. Es autor de varios libros, incluyendo From Age to Age.