La peur que nos enfants ne connaissent pas le Seigneur | Ministère Ligonier
La peur de la perte financière
16 février, 2021
La peur qu’on ne nous aime pas
23 février, 2021

La peur que nos enfants ne connaissent pas le Seigneur

Note de l’éditeur : Ceci est le quatrième chapitre de la série La peur

Monica était une femme qui s’inquiétait de l’âme de son fils. Elle avait de bonnes raisons : Augustin considérait la foi de Monica comme insensée et faible. Il rejeta son christianisme, se tournant vers la philosophie païenne, les divertissements violents et l’indulgence sexuelle. Pourtant, cette mère de l’Église primitive a suivi son fils dans tout l’Empire romain, espérant qu’elle pourrait conserver une influence sur lui et le conduire d’une manière ou d’une autre à Christ.

Monica n’est pas seule. La peur au sujet de nos enfants est aussi vieille qu’Adam et Ève. Elle semble accompagner l’éducation des enfants comme les ampoules accompagnent un marathon. Nous nous inquiétons pour le bien-être physique, mental et émotionnel de nos enfants. Et les craintes ont tendance à grandir avec un enfant : nous craignons qu’apprendre à marcher ne se termine par une bosse sur le front ; nous craignons qu’apprendre à conduire ne se termine aux urgences d’un hôpital.

Mais la peur qu’un enfant ne soit pas sauvé est notre plus grande crainte. Le comportement de notre enfant peut confirmer et alimenter nos craintes, les approfondissant avec le temps et les péchés non repentis. Et cette peur est compliquée. Nous n’avons pas seulement peur pour l’âme de notre enfant, bien que ce soit la peur principale. Nous craignons également les dommages qu’il se fera à lui-même et aux autres, qu’il discréditera le nom de Christ et de l’Église, que personne ne comprendra notre chagrin, que nous perdons notre contact avec l’enfant alors qu’il cherche à échapper à notre influence. Nous craignons que cette épreuve ne dure toute la vie. Même dans le chagrin, la peur de ce que les autres pensent de notre éducation ou de notre famille peut nous troubler l’esprit et le cœur.

L’inquiétude de Monica pour Augustine la faisait pleurer en allant d’un endroit à l’autre. Les prières et les larmes devraient être là, coulant par amour pour notre enfant et par chagrin face à sa culpabilité accumulée devant Dieu. Mais nos larmes ne peuvent jamais réconforter, donner confiance ou effacer la culpabilité de notre enfant. Et si nous ne pleurons pas assez ou si nous pleurons pour de mauvaises raisons ? Et si nous prions avec une mauvaise insistance ? Nos actions parentales ne sont jamais méritoires. Comme le dirait le grand écrivain d’hymnes Horatius Bonar, toutes nos prières, nos soupirs et nos larmes ne peuvent pas supporter leur terrible charge.

Un amour pour nos enfants qui est plus grand que le nôtre doit intervenir. Dieu n’a pas promis de sauver tous les enfants de l’alliance (Mt 10.34-36). Mais il est toujours le Dieu fidèle, gardant son alliance qu’il a proclamé être pour Abram (Ge 17). Notre expérience ne change pas le caractère de Dieu. L’incapacité de notre enfant à tenir les promesses de l’alliance est la leur, et non celle de Dieu. Dieu est le même Père céleste immuable qui sauve tous ceux qui viennent à lui. Il entend nos prières et y répond dans sa propre sagesse cachée.

Mais Il fait plus que cela. Dieu comprend ce que c’est que d’avoir un enfant égaré. Dans Osée, le Seigneur parle ainsi : « Quand Israël était jeune, je l’aimais, et j’ai appelé mon fils à sortir d’Égypte. Mais ils se sont éloignés de ceux qui les appelaient, ils ont offert des sacrifices aux Baals et fait brûler de l’encens en l’honneur des idoles. » (11.1-2) Dieu connaît le rejet qu’on subit de la part d’un peuple dont Il a pris soin et qu’Il a aimé.

Afin de sauver son peuple égaré, le Père a envoyé son Fils unique, qui a obéi jusqu’à la mort, même la mort sur la croix. Vous et moi ne sacrifierions jamais un enfant fidèle et aimant pour des gens qui nous haïssent. Cela dépasse la portée de l’amour humain. Mais si nous sommes en Christ, voici notre expérience : nous étions « autrefois étrangers et ennemis de Dieu par nos pensées et par nos œuvres mauvaises » (Col 1.21), maintenant réconciliés avec le Père par l’expiation du Fils. Le Dieu qui nous a tendu la main n’a pas changé en dépit des circonstances.

Un enfant égaré est une grande épreuve de foi, en partie parce que la situation révèle dans quelle mesure nous marchons par la foi et non par la vue. Lorsque tout ce que nous voyons est notre enfant égaré, avec le monde, la chair et le diable qui travaillent avec succès sur lui, la peur est une réponse naturelle. Vivre par la foi, c’est voir cette réalité. Elle voit le danger spirituel, mais elle se concentre sur qui est Dieu. Elle se tourne vers Christ, qui peut dire au Père : « Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donnés » (Jn 18.9). Dans la grâce, Dieu ramène de nombreux enfants prodigues à la maison. Les parents chrétiens doivent parvenir au point de leur foi où ils affirment avec douceur, mais de tout cœur ces paroles les plus difficiles de notre Seigneur :

Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. (Mt 10.37-38)

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

Rebecca VanDoodewaard
Rebecca VanDoodewaard
Rebecca VanDoodewaard est l'auteur de l'ouvrage Reformation Women : Sixteenth-Century Figures Who Shaped Christianity's Rebirth et la série de livres pour enfants Banner Board.