La prédestination et les actions humaines | Ministère Ligonier
L’expiation limitée
4 novembre, 2021
Le pédobaptisme
11 novembre, 2021

La prédestination et les actions humaines

Note de l’éditeur : Ceci est le quatrième chapitre de la série Les doctrines incomprises

La légende d’Œdipe est souvent considérée comme l’exemple classique du fatalisme grec. Troublé par des doutes sur sa filiation, le protagoniste consulte un oracle qui déclare qu’il est destiné à tuer son père et à épouser sa mère. Bien qu’Œdipe rejette l’affreuse prophétie, les événements conspirent cruellement pour qu’elle se réalise. Tous ses efforts pour échapper à son destin s’avèrent vains.

Les doctrines réformées ou calvinistes de la providence et de la prédestination sont souvent accusées d’être fatalistes. Pourtant, cette caractérisation repose sur de profondes confusions. Le calvinisme affirme en effet que tous les événements de la création sont prédestinés par Dieu. Comme le dit la Confession de foi de Westminster, « Dieu, de toute éternité, a, par le très sage et très saint conseil de sa propre volonté, librement et immuablement ordonné tout ce qui doit arriver » (3.1). Cependant, la confession ajoute immédiatement que cette préordination divine ne prive pas de sens les volontés des créatures de Dieu. Au contraire, Dieu accomplit normalement ses desseins éternels par le biais de causes secondaires telles que les agents humains et les processus naturels. L’histoire de Joseph (Gn 45.5-8 ; 50.20), la conquête assyrienne du royaume d’Israël (És 10.5-11) et la crucifixion du Seigneur Jésus (Ac 4.27-28) sont des exemples bibliques où Dieu dirige les actions humaines vers ses propres fins.

En quoi, alors, le calvinisme diffère-t-il du fatalisme ? Un calviniste ne devrait-il pas admettre que Judas était destiné à trahir Jésus (Jn 17.12 ; Ac 1.16) tout comme Œdipe était destiné à tuer son père ? Notons tout d’abord que les Anciens considéraient le « destin » comme une force ou un principe impersonnel qui s’appliquait aussi bien aux hommes qu’aux dieux. Tout comme les Grecs ne reconnaissaient pas l’existence d’un Créateur personnel transcendant, ils n’avaient aucune notion d’un Dieu souverain qui dirige toutes choses « à ses fins saintes » (WCF 5.4). Pour le fataliste païen, il n’y a pas de main divine de la providence, pas de plan global de Dieu. Il n’y a pas de rime ou de raison aux résultats du destin ; l’univers est un théâtre d’absurdité et de tragédie. Comparez cela à la vision biblique du monde, selon laquelle Dieu « opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté » (Ép 1.11) et « toutes choses concourent au bien de ceux qui sont appelés selon son dessein » (Ro 8.28).

Une deuxième différence majeure entre le calvinisme et le fatalisme a déjà été évoquée. Le calvinisme soutient que Dieu détermine non seulement les fins – les résultats finals des événements – mais aussi les moyens de parvenir à ces fins. En d’autres termes, dans la providence de Dieu, les moyens sont coordonnés avec les fins, de sorte que les fins dépendent des moyens. Ainsi, Dieu n’a pas simplement ordonné que Joseph devienne le second de Pharaon ; il a ordonné toute la série d’événements qui ont abouti à ce résultat, y compris les actions pécheresses des frères de Joseph. Nous ne devrions pas imaginer que Dieu avait prévu que Joseph devienne si important pour Pharaon, indépendamment de la façon dont ses frères l’ont traité.

Le fatalisme, quant à lui, tend à déconnecter la fin des moyens, impliquant que nos vies se dérouleront d’une certaine manière, quoi que nous fassions. Une illustration contemporaine est fournie par une série de films récents dans lesquels un groupe de personnes trompe initialement la mort, mais leur fuite s’avère toujours de courte durée. La Faucheuse finit par rattraper chacun d’entre eux, malgré leurs tentatives pour éviter sa faux. Le fatalisme suggère que nos actions sont vraiment futiles, qu’elles ne changent rien au résultat. Pourtant, cette idée est totalement étrangère à la doctrine réformée de la providence. Nos résultats futurs dépendent très certainement des choix que nous faisons dans cette vie. Il n’y a aucune contradiction à affirmer à la fois que les résultats futurs dépendent de manière cruciale de nos choix et que Dieu ordonne souverainement toutes choses, y compris les résultats futurs et les choix qui y conduisent. Oui, Dieu prévoit les actions de ses créatures, mais il prévoit aussi que leurs actions auront des conséquences importantes.

Une illustration sportive peut aider à clarifier ce point. Imaginez que vous jouez une partie de golf avec un ami, Jacob, qui a l’habitude de confondre calvinisme et fatalisme. Au cinquième trou, vous frappez un superbe drive sur le fairway. La balle atterrit directement sur le green et roule triomphalement dans la coupe pour faire un trou en un.

Au lieu de vous féliciter, Jacob a un sourire malicieux sur le visage. « Vous êtes calviniste, n’est-ce pas ? » « En effet », répondez-vous, intrigué d’entendre où cela va vous mener. « Vous croyez donc que Dieu a prédestiné toutes choses depuis l’éternité, y compris ce trou en un. Eh bien, si Dieu l’a prédestiné, la façon dont vous avez frappé la balle n’avait pas vraiment d’importance. Elle était prédestinée à finir dans le trou de toute façon. »

Jacob est loin d’être aussi intelligent qu’il le pense. Selon son raisonnement confus, la balle aurait atterri dans le trou même si vous ne l’aviez pas frappée du tout. Mais c’est clairement absurde. Le trou d’un coup dépendait du fait que vous frappiez la balle, et que vous la frappiez bien. Le calviniste cohérent dira que Dieu a non seulement prévu le trou-en-un mais aussi qu’il se produirait à la suite de votre frappe précise de la balle. Votre coup bien ajusté a vraiment compté.

Ce n’est pas une question de jeu de mots philosophique. La distinction entre calvinisme et fatalisme a des implications extrêmement importantes pour la vie chrétienne. Elle signifie que nos prières font vraiment une différence, car Dieu a ordonné que des événements futurs se produisent en réponse à nos prières. Cela signifie que l’évangélisation est essentielle, car Dieu a décrété que ses élus seront sauvés en entendant et en croyant à l’Évangile. Cela signifie que nous devons être diligents pour confirmer notre appel et notre élection (2 Pi 1.10), car bien que le berger ne perde aucune de ses brebis, celles-ci ne seront finalement sauvées que si elles persévèrent dans la foi jusqu’à la fin.

Comprenant que Dieu ordonne à la fois les moyens et les fins, les calvinistes peuvent vraiment dire : « Si nous n’avions pas prié, cela ne serait pas arrivé ; si nous n’avions pas partagé l’Évangile, ils ne l’auraient pas entendu ; si nous ne restons pas fermes dans la foi, nous ne recevrons pas la couronne de la vie. » Pourtant, simultanément, les calvinistes attribueront le crédit ultime de tout cela à la grâce souveraine de Dieu.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

James Anderson
James Anderson
Le Dr James N. Anderson est professeur de théologie et de philosophie Carl W. McMurray à Reformed Theological Seminary de Charlotte, N.C., et pasteur ordonné dans l'Associate Reformed Presbyterian Church. Il est le professeur principal de la série pédagogique Ligonier « Exploring Islam » et l'auteur de « What's Your Worldview? »