Union avec Dieu la Trinité | Ministère Ligonier
La souffrance et la gloire de Dieu
19 mai, 2022
Union avec Christ dans les épîtres de Paul
26 mai, 2022

Union avec Dieu la Trinité

Note de l’éditeur : Ceci est le troisième chapitre de la série Union avec Christ.

Avez-vous déjà imaginé ce que ce serait d’être à quelques heures de la mort – non pas en tant que personne âgée, mais en tant que personne condamnée à mourir bien qu’innocente de tout crime ? Que voudriez-vous dire à ceux qui vous connaissent et vous aiment le plus ? Vous leur diriez sûrement à quel point vous les aimez. Vous espéreriez sans doute pouvoir leur apporter un peu de réconfort et les rassurer, malgré le cauchemar auquel vous êtes vous-même confronté. Vous voudriez ouvrir votre cœur et dire les choses qui sont les plus importantes pour vous.

Un tel sang-froid serait assurément digne de louanges. Bien sûr, ce serait le meilleur de la nature humaine – puisque c’est ce que Jésus a fait, comme le raconte l’apôtre Jean dans le discours de la chambre haute (Jean 13-17).

Moins de vingt-quatre heures avant sa crucifixion, le Seigneur Jésus a exprimé son amour de manière exquise. Il s’est levé du souper, a entouré sa taille d’une serviette de serviteur et a lavé les pieds sales de ses disciples (y compris, apparemment, ceux de Judas Iscariot ; Jean 13.3-5, 21-30). C’était un geste parabolique, comme l’explique Jean : « ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux. » (v. 1).

Il leur a également adressé des paroles de profond réconfort : « Que votre cœur ne se trouble point. » (Jn 14.1).

Mais Jésus a fait bien plus encore. Il a commencé à montrer à ses disciples « les profondeurs de Dieu » (1 Cor. 2.10). Lorsqu’il a lavé les pieds de Pierre, il lui a dit qu’il comprendrait son geste « bientôt » (Jean 13.7). Il en était de même pour ce qu’Il disait, car Il commençait à révéler à Ses disciples la nature profonde de Dieu. Il est Père, Fils et Saint-Esprit – la Sainte Trinité.

La gloire du mystère dévoilée

De nombreux chrétiens ont tendance à considérer la Trinité comme une doctrine peu pratique et spéculative. Mais ce n’est pas le cas du Seigneur Jésus. Pour Lui, elle n’est ni spéculative ni peu pratique, mais tout le contraire. Elle est le fondement de l’Évangile. Sans l’amour du Père, la venue du Fils et la puissance de régénération du Saint-Esprit, il ne peut y avoir de salut. (Les unitariens, par exemple, ne peuvent avoir d’expiation faite par Dieu à Dieu).

Sans l’amour du Père, la venue du Fils et la puissance de régénération du Saint-Esprit, il ne peut y avoir de salut.

Dans son discours d’adieu, Jésus a expliqué à Philippe que le voir, c’est voir le Père (Jean 13.8-11). Pourtant, il n’est pas lui-même le Père, sinon il n’aurait pas pu être le chemin vers le Père (Jean 14.6). Il est aussi « dans » le Père, et le Père est « en lui ». Cette habitation mutuelle est, comme le disent les théologiens, « ineffable » – au-delà de notre capacité à comprendre. Pourtant, elle n’est pas au-delà de la capacité de la foi à croire.

De plus, l’Esprit Saint est au cœur de ce lien entre le Père et son Fils. Mais maintenant le Père a envoyé son Fils (qui est « dans » le Père). Tel est l’amour du Père et du Fils pour les croyants, qu’ils viendront faire des croyants leur demeure.

Comment cela ? Le Père et le Fils viennent habiter le croyant par le Saint-Esprit (14.23). Il glorifie le Christ (16.14). Il prend ce qui appartient au Christ, qui lui a été donné par le Père, et nous le montre. Plus tard, lorsque nous avons le privilège d’entendre la prière de notre Seigneur, Jésus parle de la même manière de l’intimité de la communion avec Dieu qui l’a soutenu si merveilleusement : « toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi » (Jean 17.21).

Pourtant, c’est aussi si profond que le meilleur des esprits ne peut le comprendre. En effet, chaque fois que nous cherchons à contempler l’unique personne du Père, nous constatons que nous ne pouvons pas le faire sans penser à son Fils (car il ne peut être un père sans un fils). Nous ne pouvons pas non plus contempler ce Fils sans le Père (car il ne peut être un fils sans père). Tout cela n’est possible que parce que l’Esprit nous éclaire sur qui est vraiment le Fils, celui par qui seulement nous pouvons venir au Père.

Ainsi, notre esprit se remplit simultanément de joie pour cette trinité dans l’unité, et il est pourtant dépassé au-delà de ses capacités par la notion d’unité dans la trinité. Il est presque aussi stupéfiant de constater que Jésus révèle et enseigne tout cela comme étant la vérité évangélique la plus stable, la plus apaisante, la plus réconfortante pour le cœur et même la plus réjouissante (Jn 15.11).

La Trinité a une signification si vaste parce qu’elle peut apporter un réconfort aux hommes poussés à bout par l’atmosphère de tristesse qui est sur le point de les engloutir. La Trinité est plus grande en gloire, plus profonde en mystère et plus belle en harmonie que toutes les autres réalités de la création. Aucune tragédie n’est trop grande pour la submerger ; rien d’incompréhensible pour nous ne l’est pour elle, dont l’être même nous est incompréhensible. Il n’y a pas de ténèbres plus profondes que les profondeurs de l’être de Dieu.

Il est peut-être compréhensible, alors, que Jonathan Edwards ait pu écrire dans son Personal Narrative :

Dieu m’est apparu glorieux à cause de la Trinité. J’ai eu des pensées exaltantes de Dieu, du fait qu’il existe en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Les joies et les plaisirs les plus doux que j’ai éprouvés n’ont pas été ceux qui découlaient de l’espoir de mon propre bien-être, mais de la vue directe des choses glorieuses de l’Évangile. Lorsque je jouis de cette douceur, elle semble me porter au-dessus des pensées de ma propre situation ; il me semble alors que c’est une perte que je ne peux pas supporter, que de détourner mes yeux de l’objet glorieux et agréable que je vois, sans me voir, pour les tourner vers moi-même et mon propre bien-être.

Mais la révélation de la Trinité est en fait liée à notre « propre bien-être ».

Le miracle de l’union révélée

Le but de l’enseignement de Jésus n’est pas simplement d’étourdir notre esprit ou de stimuler notre imagination. Il s’agit de nous faire comprendre l’immense privilège de l’union avec lui.

Dès le début de ces quelques heures de ministère, Jésus avait parlé du fait que ses disciples avaient une « part » avec lui (Jean 13.8). Il avait également expliqué que l’Esprit révèle aux chrétiens qu’ils sont « en Christ » et que lui est en eux (Jn 14.20). Il s’agit d’une union si réelle et merveilleuse que sa seule véritable analogie – ainsi que son fondement – est l’union du Père et du Fils par l’Esprit. Les disciples jouiraient de l’union avec le Fils et auraient donc la communion avec le Père par l’Esprit. « Vous le connaissez », dit Jésus, « car il demeure avec vous et il sera en vous » (Jn 14.17). Ces mots énigmatiques ne font pas référence au contraste de la relation entre l’Esprit et les croyants de l’ancienne alliance (« avec vous « ) et ceux de la nouvelle alliance (« en vous « ). Ils sont souvent compris de cette manière, mais Jésus dit en réalité : « Vous connaissez l’Esprit, parce qu’il est avec vous en moi, mais il viendra (à la Pentecôte) pour être en vous comme celui-là même qui a été mon compagnon de tous les instants (et en ce sens « avec vous »). En tant que tel, il n’est autre que celui qui est le lien de communion entre le Fils et le Père de toute éternité. »

Ainsi, être uni au Christ, c’est participer à une union créée par l’habitation de l’Esprit du Fils incarné qui est lui-même « en » le Père comme le Père est « en » lui. L’union avec Christ ne signifie rien de moins que la communion avec les trois personnes de la Trinité. Ce n’est pas que la nature divine soit infusée dans les croyants. Notre union avec le Christ est spirituelle et personnelle – elle est effectuée par l’habitation de l’Esprit du Fils du Père.

Notez donc l’image exquise que Jésus brosse pour exprimer la beauté et l’intimité de cette union : il ne s’agit de rien d’autre que du Père et du Fils faisant leur demeure dans le cœur du croyant (v. 23).

De manière significative, Jésus ne demande pas aux croyants de faire une douzaine de choses, mais seulement de croire et d’aimer. Car c’est la réalisation (« En ce jour-là, vous connaîtrez » ; Jn 14.20) de la réalité et de l’ampleur de cette union avec Dieu la Trinité par l’union avec Christ qui transforme la pensée, le sentiment, la volonté, l’amour et, par conséquent, les actions du croyant. Dans cette union, le Père taille les sarments de la vigne pour qu’ils portent plus de fruits (Jn 15.2). Dans cette même union, le Fils garde tous ceux que le Père lui a donnés (Jn 17.12).

Pas étonnant que John Donne ait prié :

Bats mon cœur, Dieu à trois personnes ; car tu ne fais encore que frapper ; souffle, brille et cherche à réparer ; afin que je puisse me lever et me tenir debout, renverse-moi et plie ta force pour me briser, souffler, brûler et me rendre nouveau. Moi, comme une ville usurpée à un autre dû, je m’efforce de t’admettre, mais oh, en vain ; la raison, ton vice-roi en moi, devrait me défendre, mais elle est captive et s’avère faible ou fausse. Pourtant, je t’aime tendrement, et je voudrais être aimée, mais je suis fiancée à ton ennemi ; divorce-moi, défais ce nœud ou romps-le à nouveau, emmène-moi chez toi, emprisonne-moi, car moi, à moins que tu ne me captives, je ne serai jamais libre, ni jamais chaste, à moins que tu ne me ravisses.

(Holy Sonnets XIV)
Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

Sinclair B. Ferguson
Sinclair B. Ferguson
Le Dr Sinclair B. Ferguson est assistant d'enseignement à « Ligonier Ministries » et professeur de théologie systématique à « Reformed Theological Seminary ». Il est l'auteur de nombreux livres, dont « Maturity ».