Le royaume de prêtres | Ministère Ligonier
Se purifier comme le Christ est pur
5 mai, 2022
Il est suffisant
12 mai, 2022

Le royaume de prêtres

Note de l’éditeur : Ceci est le septième chapitre de la série La prière sacerdotale de Jésus

Lorsque j’étais à l’université, j’ai étudié à l’étranger pendant un semestre, ce qui m’a donné l’occasion de voyager dans plusieurs pays. Récemment, j’ai regardé mon vieux passeport, et en feuilletant les pages pour examiner les tampons et les visas, j’ai réalisé que je n’avais visité qu’un seul pays qui était un royaume. Il existe encore de nombreux royaumes dans le monde, mais il est parfois difficile de saisir ce que signifie le fait que Dieu ait fait de son Église un royaume.

De la même manière, la position des prêtres peut sembler lointaine ou incompréhensible pour ceux dont les Églises n’ont pas de prêtres. Les échecs, les abus et les scandales qui ont entouré les prêtres à travers les âges rendent également difficile de saisir la signification de l’office et du but auxquels Dieu a appelé l’Église en tant que prêtres.

Dans ce qui suit, je voudrais considérer brièvement ces passages : Exode 19.6 ; 1 Pierre 2.5, 9 ; et Apocalypse 1.6, 5.9. J’espère que cela aidera l’Église à mieux saisir son identité et son objectif en tant que royaume de prêtres.

Avant de réfléchir sur Exode 19.6, souvenez-vous que Moïse a été élevé dans la famille royale de Pharaon, dans le royaume d’Égypte. Il a probablement aussi vu une classe de prêtres à part, servant les dieux de l’Égypte. Le royaume et les prêtres étaient le milieu de vie de Moïse. Ainsi, il comprenait l’identité et les responsabilités de ceux qui héritaient des positions royales et sacerdotales. En Exode 19.6, lorsque Dieu a proclamé qu’Israël serait un royaume de prêtres, ces concepts familiers ont été appliqués à l’ensemble de la nation d’Israël. Les Israélites ont été délivrés de l’esclavage en Égypte et ont été faits un royaume de prêtres pour servir et adorer Dieu.

L’identité d’Israël en tant que royaume de prêtres trouve un plus grand accomplissement dans l’Église. Il existe des parallèles évidents entre Israël et l’Église. Israël a été délivré par le sang de l’agneau de Pâque. L’Église est délivrée par le sang de Jésus, l’agneau de Pâque ultime. Israël était un royaume de prêtres, et maintenant l’Église est un royaume de prêtres. Mais il y a une différence importante. Israël n’était qu’une nation, un seul groupe de personnes, mais l’Église est composée de personnes de toute tribu et de toute nation (Apocalypse 7.9). Ensuite, notez comment 1 Pierre 2 et Apocalypse 5 complètent ce que cela signifie pour l’Église d’être un royaume de prêtres.

En 1 Pierre 2.5, l’Église est décrite comme « un saint sacerdoce » ayant pour but d’offrir « des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ ». Quelques versets plus loin, Pierre reprend de nouveau cette idée en disant : « Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » (v. 9). Pierre utilise le langage d’Exode 19, d’Ésaïe 43, et d’autres passages de l’Ancien Testament, et l’applique aux chrétiens Juifs et Gentils.

Ces passages appliquent les titres de l’Israël de l’Ancien Testament à l’Église ethniquement diverse du Nouveau Testament.

En Apocalypse 1.6 et 5.9-10, Jean utilise une partie de l’imagerie que nous avons vue dans 1 Pierre 2. En Apocalypse 1.6, les sept Églises sont saluées comme celles que Jésus a libérées par son sang pour être « un royaume, des prêtres pour son Dieu ». Sur cette base, au chapitre 5, Jean voit un agneau, comme s’il avait été immolé, et l’assemblée céleste entonne un chant nouveau :

« Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. »

(v. 9-10)

Ces passages appliquent les titres de l’Israël de l’Ancien Testament à l’Église ethniquement diverse du Nouveau Testament. C’est à couper le souffle lorsque nous considérons que nous avons été délivrés de l’esclavage pour être un royaume et des prêtres. Mais si nous nous contentons de ranger ces idées sans qu’elles ne saisissent nos cœurs ou n’aient un impact sur la manière dont nous sommes appelés à vivre pour Dieu, nous passons à côté de l’essentiel. Cela nous amène à quelques lignes d’application.

Premièrement, nous sommes un royaume de prêtres parce que Jésus est le grand prêtre-roi (Héb. 5-7), le lion (roi) et l’agneau (prêtre ; Apoc. 5). Il a remporté la victoire en tant que roi parce qu’il s’est donné en sacrifice ultime pour le péché afin de nous racheter. Aujourd’hui encore, Jésus règne sur nous et intercède pour nous.

Deuxièmement, le peuple racheté de Dieu est mis à part de tous les autres peuples du monde en tant que royaume spirituel distinct. Nous vivons sous son règne exalté et gracieux. De plus, parce que nous participons au Christ, nous régnons aussi avec lui (Apocalypse 5.10, 22.5).

Troisièmement, l’Église est un royaume de prêtres. La sainteté est requise pour ceux qui s’approchent de Dieu. Nous sommes appelés à être saints comme Dieu est saint (1 Pierre 1.15). Nous devons vivre des vies consacrées à Dieu, de même que nous offrons nos corps comme des sacrifices vivants à Dieu (Romains 12.1). En tant que saint sacerdoce, l’Église n’offre pas de sacrifices sanglants, mais elle offre corporativement des sacrifices spirituels et proclame les excellences du nom de Dieu. Cela s’exprime par la louange, l’adoration et le témoignage. « Offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. » (Hébreux 13.15).

Nous avons été rachetés par le sang de l’agneau. C’est notre grand privilège d’être un royaume de prêtres. C’est pourquoi, dans la joie et l’action de grâces, mettons-nous à la tâche de proclamer les louanges de celui qui nous a appelés des ténèbres à son admirable lumière.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

Quentin B. Falkena
Quentin B. Falkena
Dr Quentin B. Falkena est pasteur de Cornerstone Christian Church à Medford.