Les paraboles de la brebis et de la pièce perdues | Ministère Ligonier
Le trésor caché dans un champ et la perle de grand prix
20 décembre, 2021
La parabole des ouvriers de la vigne
3 janvier, 2022

Les paraboles de la brebis et de la pièce perdues

Note de l’éditeur : Ceci est le huitième chapitre de la série Les paraboles de Jésus

Le contexte de ces deux paraboles célèbres, qui mènent à la parabole encore plus célèbre du fils prodigue, est que Jésus est critiqué pour avoir passé du temps avec des « pécheurs ». Il les reçoit et mange avec eux. Jésus passe du temps avec ceux que les pharisiens et les scribes, ces archi-légalistes de l’époque de Jésus, considèrent comme hors de portée, hors limites, indésirables et inacceptables pour Dieu. Le problème est le suivant : si Jésus est tout ce qu’il prétend être (c’est-à-dire, pour les pharisiens, au moins un saint homme qui parle au nom de Dieu), comment donc peut-il passer du temps avec ces « pécheurs » insupportables ?

En répondant à leurs critiques au moyen de ces paraboles, Jésus repositionne la conversation de manière habile (et magistrale) : loin d’être discutable, ce que Jésus fait représente en fait le battement de cœur même de la joie du ciel.

Voyons d’abord comment il repositionne la conversation dans chacune des paraboles, puis appliquons cela à notre contexte ministériel du XXIe siècle.

Commençons par la parabole de la brebis perdue. Elle est assez familière. Un homme qui possède cent brebis en perd une. Que fait-il ? Oublie-t-il celle qu’il a perdue et se concentre-t-il sur la grande majorité qui est déjà sous sa garde et en sécurité ? Ou bien oublie-t-il les quatre-vingt-dix-neuf et se lance à la poursuite de la brebis perdue ? Ou y a-t-il une technique de médiation qu’il peut adopter – déléguer soit le ministère à l’un, soit le ministère aux quatre-vingt-dix-neuf, afin de multiplier son impact ? Étant donné que l’image du peuple de Dieu en tant que brebis était très familière à tous à l’époque, les premiers auditeurs auraient immédiatement compris que Jésus parlait de personnes et non de brebis. La proposition radicale de Jésus semble inévitable parce que sa question met en évidence la manière dont ses auditeurs auraient agi par rapport à de vraies brebis. Ils auraient laissé les quatre-vingt-dix-neuf brebis pour courir après celle qui s’est perdue.

Pour ceux qui ont passé leur vie dans des environnements urbains – la grande majorité du monde de nos jours – il est utile de rappeler brièvement à quel point les brebis sont stupides. Elles se perdent facilement. Elles tombent et ne semblent pas être en mesure de comprendre comment se relever. Si quelque chose décrit bien ce qu’est le ministère pastoral, c’est bien le travail de berger. Nous sommes tous comme des brebis qui ont tendance à s’égarer. Cette première parabole souligne que même lorsque quelqu’un s’est égaré, même lorsqu’il a « péché » et qu’il est hors de portée et hors limites selon les normes des règles et rituels religieux du jour, la responsabilité du berger est de se concentrer sur l’un d’entre eux, et non sur les quatre-vingt-dix-neuf. Plus encore, c’est la joie du ciel qui est la récompense de ceux qui se concentrent sur celle qui s’est perdue.

La deuxième parabole, celle de la pièce de monnaie perdue, reprend grosso modo la même idée. Le contexte, cependant, nous est moins familier. Pourquoi une femme aurait-elle « dix pièces d’argent » ? Au fil des ans, la plupart des commentateurs s’accordent à dire que la femme est une jeune femme célibataire et que les dix pièces d’argent représentent sa dot, qu’elle a soigneusement économisée et peut-être gardée dans ses cheveux pour témoigner de sa disponibilité au mariage. Ainsi, perdre une pièce d’argent équivaut à perdre non seulement beaucoup d’argent, mais aussi la possibilité de se marier bientôt. L’accent de cette histoire n’est donc pas tant mis sur le fait de « laisser derrière soi » (vous pouvez probablement garder les neuf autres pièces en lieu sûr pendant que vous cherchez) que sur l’effort et la diligence nécessaires pour retrouver la pièce perdue. Une fois de plus, le point final est la joie qui en résulte – cette fois-ci la joie en communauté avec ses amis, ainsi qu’avec les cours du ciel elles-mêmes, représentées par les anges de Dieu.

Que devons-nous apprendre de ces paraboles sur le ministère aujourd’hui ? Premièrement, la grande division dans le ministère contemporain entre ceux qui se concentrent sur « ceux qui cherchent la vérité » et ceux qui visent à enseigner les chrétiens seulement est une division non biblique qui ne reflète pas une dynamique et un arc bibliques plus larges. Paul n’exhorte-t-il pas Timothée, un pasteur qui enseigne les chrétiens, à faire le travail d’un évangéliste ? Deuxièmement, si nous manquons de joie dans nos vies chrétiennes ou dans nos églises, le premier remède est de commencer à rechercher ceux qui sont perdus.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

Josh Moody
Josh Moody
Josh Moody est le pasteur principal de la College Church à Wheaton (Illinois) et le président de God Centered Life Ministries. Il est l'auteur de plusieurs livres, dont How the Bible Can Change Your Life.