L'Évangile des évangiles | Ministère Ligonier
Le témoignage de Jean
19 décembre, 2022
Abandon total
23 décembre, 2022

L’Évangile des évangiles

Note de l’éditeur : Ceci est le sixième chapitre de la série Les évangiles.

Rapidement. Que sont les évangiles ? Le temps s’est écoulé. Avez-vous répondu : “Les évangiles sont les biographies de Jésus-Christ” ? Lorsque nous lisons les évangiles comme des biographies uniquement, en fait nous les regardons comme nous regardons l’arbre qui cache la forêt. Il y a une meilleure façon de les lire et de les écouter. Certes les évangiles sont des biographies, mais ils sont des interprétations théologiques de la vie de Jésus-Christ, dans le but de proclamer la venue du Roi d’Israël ainsi que l’inauguration de son royaume sur toute la terre.

Lorsqu’on les lit de cette manière, on est capable de lire l’Évangile dans les évangiles comme étant l’annonce de l’accomplissement des promesses des prophètes. Parmi ces promesses, il y avait celle d’un roi qui viendrait en Israël, comme le Seigneur l’avait promis à Abram (Ge 17.6), à Juda (Ge 49.10), à David (2 Sa 7.12-13), et au peuple de Dieu à travers le cantique de Salomon (Ps 72) et la prophétie de Zacharie (Za 9.9). Lorsque ce roi viendrait, il introduirait un royaume de paix pour toutes les nations (És 2.2-4, 9.1-7). Dans les récits évangéliques, nous voyons ce roi à venir et son royaume tout en relief.

L’entrée du Roi et de son royaume est exprimée dans le récit de la naissance de notre Seigneur. Dans la généalogie de Jésus, il est décrit comme le “fils de David” (Mt 1.1). Les quatorze générations d’Abraham à David se dirigent vers le grand Roi et le royaume d’Israël (Mt 1.2-6), tandis que les quatorze générations de David à Babylone s’éloignent du royaume de ce Roi glorieux (Mt 1.7-11). Avec la venue de Jésus, les quatorze générations de Babylone au Christ constituent une restauration de la royauté et du royaume davidiques (Mt 1.12-16). La véritable identité de ce petit garçon est démontrée par les voyages des “sages venus d’Orient” (Mt 2.1) qui se sont déplacés pour trouver “celui qui est né roi des Juifs” afin de “l’adorer” (Mt 2.2).

Jean a annoncé la venue de ce Roi en prêchant : “Le royaume des cieux est proche” (Mt 3.2), tandis que la prédication de notre Seigneur dans la synagogue était caractérisée par l’annonce de son royaume (Mt 4.17). Tout au long de son ministère, Jésus a prêché “l’Évangile du royaume” (Mt 4.23, 9.35 ; Luc 16.16), une expression qui signifie que le royaume est le sujet de l’Évangile. Notre Seigneur a prêché ses paraboles pour communiquer à ses disciples “les secrets du royaume des cieux” (Mt 13.11 ; voir aussi Mt 13.19, 24, 31, 33, 38, 41-45, 47, 52). Jésus a utilisé son identité de roi pour confondre les pharisiens, en leur demandant : “Que pensez-vous du Christ ? De qui est-il fils ? Ils lui répondirent : De David.” (Mt 22.42). Jésus leur fait alors remarquer que dans le psaume 110, David, “animé par l’Esprit, l’appelle-t-il Seigneur, lorsqu’il dit : Le Seigneur a dit à mon Seigneur” (Mt 22.43-44a). La conclusion de Jésus était magistrale, laissant les pharisiens sans voix : “Si donc David l’appelle Seigneur, comment est-il son fils ?” (Mt 22.45).

Même le récit de la Passion est centré sur le Roi et son royaume, et non sur la triste fin d’une biographie. Lorsque le souverain sacrificateur Caïphe a interrogé Jésus, il a dit : ” Dis-nous si tu es le Christ, le Fils de Dieu ” (Mt 26.63). Jésus répondit : “Tu l’as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel” (Mt 26.64). Pourtant, ce Roi allait d’abord subir des moqueries : “Salut, roi des Juifs”, avec une robe écarlate sur le dos, une couronne d’épines sur la tête et un roseau dans la main (Mt 27.28-29). Même un écriteau était placé au-dessus de sa tête : “Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs” (Mt 27.37). Pourtant, comme l’indique clairement l’évangile de Jean, notre Seigneur a connu l’exaltation à travers l’humiliation : “Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi” (Jean 12.32).

Bien sûr, la résurrection de notre Seigneur est la preuve la plus puissante de sa royauté et de son Évangile du royaume : “Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre” (Mt 28.18). La raison en est, comme l’a dit Jacques au concile de Jérusalem, que la résurrection était le relèvement de la tente déchue de David (Actes 15.13-18 ; voir Amos 9.11-12). Le Roi est venu et a établi son royaume comme les prophètes l’avaient annoncé. Que doit nous apporter cette façon de lire les évangiles ? Tout d’abord, elle devrait nous amener à lire les évangiles avec davantage d’urgence, car le Roi est venu et son royaume est proche. Le mot caractéristique de Marc, immédiatement, nous montre la force de la lecture et de la prise en main de son message (Mc 1.12, 18, 21, 23, 29, 42). Deuxièmement, puisque les évangiles ne sont pas de simples biographies, ils ne doivent pas être lus de loin, comme s’ils n’étaient que des histoires de ce qui s’est passé “il y a longtemps, loin, très loin”. Nous devons participer à ces récits par la foi : “Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom.” (Jean 20.30-31). Troisièmement, les prédicateurs doivent prêcher les évangiles, non pas comme si c’était des artefacts historiques, en tant que principes pour une vie chrétienne victorieuse, ni en tant que décoration pour les services de la Semaine Sainte, mais comme des récits pressants de l’inauguration d’un royaume éternel que notre Roi a établi dans ce monde. Les ministres doivent prêcher l’Évangile à partir des évangiles et ne pas en faire de nouvelles lois.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

Daniel R. Hyde
Daniel R. Hyde
Daniel R. Hyde est pasteur de l'Oceanside United Reformed Church à Oceanside. Il est aussi l'auteur de plusieurs livres, incluant "God in Our Midst" et "Welcome to a Reformed Church".