Sauvé de quoi ? | Ministère Ligonier
L’histoire de l’Église et le rapport à la culture
14 février, 2022
Dans la Providence de Dieu
21 février, 2022

Sauvé de quoi ?

Note de l’éditeur : Ceci est le dixième chapitre de la série Anxiété

Le symbole universel du christianisme est la croix. La croix cristallise l’essence du ministère de Jésus. Elle saisit la dimension la plus profonde de sa grande passion. La croix est tellement centrale dans le christianisme que Paul, se livrant à une certaine hyperbole, a déclaré qu’il était déterminé à ne prêcher rien d’autre que Christ et Christ crucifié (1 Co 2.2). En utilisant des mots au lieu de la peinture à l’huile ou d’un burin et de la pierre, Paul emploie une technique qui a été appelée plus tard le « moment fructueux » par de grands artistes. Rembrandt et Michel-Ange esquissaient des dizaines de scènes de la vie de leurs sujets avant d’en choisir une pour l’immortaliser dans leur art. Par exemple, Michel-Ange cherchait à capturer l’essence de David dans une pose spécifique.

Pour Paul, le moment fructueux de la vie et du ministère de Jésus était la croix. En un sens, tous les écrits de Paul ne sont que des commentaires supplémentaires sur cet acte déterminant, ce ministère dans lequel Jésus a rencontré son heure, le ministère pour lequel il est né et pour lequel il a été baptisé. C’est le ministère que Jésus avait été prédestiné à accomplir. Il se dirigeait inexorablement vers le moment que la théologie appelle la grande passion de Christ, avant laquelle il a sué des gouttes de sang. Tout dans la vie de Jésus convergeait vers le point culminant de sa mort.

Si nous pouvions lire le Nouveau Testament pour la première fois, comme si nous étions la première génération de personnes à entendre le message, je pense qu’il serait clair comme de l’eau de roche que cet événement – la crucifixion de Christ, ainsi que la résurrection et l’ascension – était au cœur même de la prédication, de l’enseignement et de la catéchèse de la communauté du Nouveau Testament. S’il est vrai que la croix est d’une importance centrale et non périphérique pour le christianisme biblique, il est essentiel que les chrétiens aient une certaine compréhension de sa signification en termes bibliques. Cela serait vrai dans n’importe quelle génération, mais je pense que c’est particulièrement nécessaire dans la génération actuelle.

L’importance de la croix

Je doute qu’il y ait jamais eu, au cours des deux mille ans d’histoire chrétienne, un moment où la signification de la croix, la centralité de la croix et la question de la nécessité de la croix aient été un sujet aussi controversé qu’aujourd’hui. Jamais auparavant dans l’histoire chrétienne, la nécessité de l’expiation n’a été aussi largement remise en question qu’aujourd’hui. D’un point de vue historique, il y a eu d’autres moments dans l’histoire de l’Église où des théologies ont émergé qui considéraient la croix de Christ comme un événement inutile. Ces théologies déclaraient qu’elle avait une valeur, certes, mais qu’elle n’était pas quelque chose dont les gens avaient besoin de manière significative ou ultime.

Je trouve intéressant que tant de gens m’expliquent que la raison pour laquelle ils ne sont pas chrétiens n’est pas tant qu’ils contestent les vérités du christianisme, mais plutôt qu’ils n’ont jamais été persuadés de la nécessité de Christ. Combien de fois avez-vous parlé avec des personnes qui ont dit : « C’est peut-être vrai ou non, mais personnellement je ne ressens pas le besoin de suivre Jésus », ou « Je n’ai pas besoin de l’Église », ou « Je n’ai pas besoin du christianisme » ? Lorsque j’entends des commentaires de ce genre, mon esprit gémit au fond de moi. Je tremble en pensant aux conséquences si les gens persistent dans une telle attitude. Si nous pouvions persuader les gens de l’identité de Christ et de la vérité de son œuvre, il deviendrait instantanément évident que chaque personne dans le monde en a besoin et que sans elle, il n’y aurait pas de salut de la part de Dieu.

Il n’y a pas longtemps, alors que je me trouvais dans un centre commercial, j’ai flâné dans une grande librairie. Il s’agissait d’une librairie laïque avec des rayonnages de livres à vendre. Les différentes divisions de la librairie étaient marquées de façon bien visible avec des étiquettes telles que fiction, non-fiction, affaires, sports, développement personnel, sexe et mariage, et ainsi de suite. Tout au fond du magasin, il y avait une section sur la religion. Cette section comptait environ quatre étagères. C’était la plus petite section du magasin. Le matériel sur ces étagères était difficilement compatible avec le christianisme orthodoxe, classique. Je me suis demandé : « Qu’est-ce qui ne va pas dans ce magasin pour que tout ce qu’ils vendent soit de la fiction et du développement personnel, et ils ne semblent pas accorder de valeur au contenu de la vérité biblique ? » Puis je me suis souvenu que les propriétaires du magasin ne sont pas là en tant que ministère. Ils sont là pour les affaires. Ils sont là pour faire du profit. S’ils n’ont pas beaucoup de livres chrétiens à vendre, c’est parce qu’il n’y a pas beaucoup de gens qui viennent demander : « Où puis-je trouver un livre qui m’enseigne la profondeur et la richesse de l’expiation de Christ ? »

Je me suis alors dit : « Peut-être que si je vais dans une librairie chrétienne, je trouverai une telle emphase. » Mais non, les librairies chrétiennes offrent très peu de littérature sur la croix de Christ. J’ai pensé à cela alors que j’étais assis dans le centre commercial et que je regardais les gens aller et venir devant moi. J’ai eu une impression. J’ai eu l’impression effrayante que ces masses de gens qui marchaient de long en large ne se préoccupaient pas de l’expiation des péchés parce qu’ils étaient fondamentalement convaincus qu’ils n’avaient pas besoin d’une telle expiation. Une telle expiation n’est tout simplement pas un « besoin ressenti » par les gens d’aujourd’hui. Les gens ne sont pas pressés par les questions : « Comment puis-je être réconcilié avec Dieu ? Comment puis-je échapper au jugement de Dieu ? »

Une chose qui s’est indiscutablement perdue dans notre culture est l’idée que les êtres humains sont individuellement, personnellement, inexorablement responsables de leur vie devant Dieu. Imaginez ce qui se passerait si soudainement les lumières s’allumaient et que tout le monde disait : « Hé, un jour, je me tiendrai devant mon Créateur, et je devrai rendre compte de chaque mot que j’ai prononcé, de chaque acte que j’ai accompli, de chaque pensée que j’ai eue, et de chaque tâche que je n’ai pas accomplie. Je dois rendre des comptes. »

Si tout le monde prenait conscience de ce fait instantanément, plusieurs choses pourraient se produire. Les gens pourraient dire : « Oui, je suis responsable, mais n’est-ce pas formidable que Celui à qui et devant qui je suis responsable ne se préoccupe pas vraiment du genre de vie que je mène, parce qu’Il comprend que les garçons seront des garçons et que les filles seront des filles » ? Si tout le monde disait quelque chose comme ça, peut-être que rien ne changerait. Mais si les gens comprenaient deux choses – s’ils comprenaient que Dieu est saint et que le péché est une offense à sa sainteté – alors ils défonceraient les portes de nos églises en suppliant : « Que dois-je faire pour être sauvé ? »

Nous aimons peut-être penser que nous n’avons pas besoin d’un Sauveur, mais l’expiation, la croix et le christianisme fonctionnent sur l’hypothèse première que nous avons désespérément besoin du salut. Cette hypothèse n’est peut-être pas partagée par notre culture moderne, mais cela n’enlève rien à la réalité de ce besoin.

Je crains qu’aujourd’hui, aux États-Unis, la doctrine dominante de la justification ne soit pas la justification par la foi seule. Ce n’est même pas la justification par les bonnes œuvres ou par une combinaison de foi et d’œuvres. La notion dominante de la justification dans notre culture aujourd’hui est la justification par la mort. Tout ce que l’on doit faire pour être reçu dans les bras éternels de Dieu, c’est de mourir. C’est tout ce qui est requis. La mort efface en quelque sorte notre péché – une expiation n’est pas nécessaire.

Un de mes amis théologiens dit souvent que dans l’histoire de l’Église, il n’y a eu que trois types fondamentaux de théologie. Il y a eu une multitude d’écoles théologiques avec des nuances subtiles, mais en fin de compte, il n’y a que trois types de théologie : ce que nous appelons le pélagianisme, le semi-pélagianisme et l’augustinisme. Pratiquement toutes les églises dans l’histoire de l’Église occidentale, ainsi que dans l’histoire de l’Église orientale, sont tombées dans l’une de ces trois catégories. Le semi-pélagianisme et l’augustinianisme représentent des débats importants au sein de la famille chrétienne – des divergences d’opinion sur l’interprétation biblique et la théologie entre chrétiens. Mais le pélagianisme sous ses diverses formes n’implique pas de simples questions intra-muros entre chrétiens. Le pélagianisme est au mieux sous-chrétien et au pire anti-chrétien. Le pélagianisme du quatrième siècle, le socinianisme des seizième et dix-septième siècles et ce que nous appellerions aujourd’hui le libéralisme en tant que théologie distinctive sont essentiellement non chrétiens parce qu’au cœur de ces opinions se trouve la négation de l’expiation de Jésus Christ – la négation de la croix en tant qu’acte de satisfaction de la justice de Dieu. Pendant des siècles, le christianisme orthodoxe a considéré l’expiation comme une condition sine qua non de la foi chrétienne. Supprimez la croix en tant qu’acte expiatoire, et vous supprimez le christianisme.

Ce n’est pas comme si les pélagiens, les sociniens et le libéralisme n’avaient aucune vision de la signification de la croix de Christ. Ils déclarent que la croix montre Jésus mourant comme un exemple moral pour l’humanité – comme un héros existentiel, comme Celui qui nous inspire par son engagement et son dévouement au sacrifice de soi et aux préoccupations humanistes. Mais ces exemples de moralité sont loin de constituer une expiation.

Lorsque j’étais au séminaire, un de mes camarades de classe a fait une prédication en classe d’homilétique sur la croix de Christ en tant qu’agneau immolé pour nous. Lorsqu’il a terminé, le professeur était furieux. Il a attaqué verbalement l’étudiant alors qu’il était encore debout dans la chaire. Dans sa colère, il a dit : « Comment osez-vous prêcher une vision substitutive de l’expiation à notre époque ? » Il considérait la vision substitutive de l’expiation comme une notion archaïque et démodée selon laquelle une personne mourrait pour porter les péchés des autres. Il rejetait catégoriquement la croix comme une sorte de transaction cosmique par laquelle nous sommes réconciliés avec Dieu.

Mais si nous supprimons l’action réconciliatrice de Christ dans le Nouveau Testament, il ne nous reste que des moralismes qui sont tout sauf uniques et qui ne valent guère la peine de persuader les gens de donner leur vie. Dans le pélagianisme et le libéralisme, il n’y a pas de salut. Dans le pélagianisme et le libéralisme, il n’y a pas de Sauveur. Car dans le pélagianisme et le libéralisme, il n’y a pas de conviction que le salut est nécessaire.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

R.C. Sproul
R.C. Sproul
Le Dr R.C. Sproul a été le fondateur de Ligonier Ministries, co-pasteur de la chapelle Saint Andrew's à Sanford, en Floride, et le premier président du Reformation Bible College. Il est l'auteur de plus d'une centaine de livres, dont « La Sainteté de Dieu ».