Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre | Ministère Ligonier
La Grande Mission dans l’Ancien Testament
3 avril, 2020
Comment s’y prendre pour « allez » ?
10 avril, 2020

Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre

Note de l’éditeur : Ceci est le troisième chapitre de la série « La Grande Mission »publiée par le Tabletalk Magazine. 

Qui a le pouvoir de commander les autres ?  Qu’est-ce qui donne à quelqu’un le droit de commander à quelqu’un d’autre ? Cette question peut être posée dans tous les domaines de la vie : la vie familiale (parents), la vie de l’église (pasteurs, anciens), la vie civile (gouverneurs, dirigeants, etc.). Qui autorise les parents, les pasteurs, les anciens et les gouverneurs à gouverner dans leurs sphères respectives ?

Il est intéressant de noter qu’avant que Jésus ne commissionne ses disciples dans Matthieu 28.18-20, il affirme avoir le pouvoir de le faire.  Ayant accompli l’œuvre de rédemption, il a anticipé son ascension et son couronnement, le moment où il devait être assis à la droite du Père et recevoir le nom qui est au-dessus de tout nom dans les cieux et sur la terre (Eph 1.20-23).

Jésus, étant le Fils éternel de Dieu, possède lui-même l’autorité.

L’autorité est le droit de diriger, de commander, de gouverner. Le mot grec exousia, qui est traduit par le mot français « pouvoir » dans Matthieu 28.18-20, signifie littéralement « ce qui naît de l’être ». C’est le droit de juger qui découle des conditions actuelles (état d’être) ou de la relation dans laquelle on se trouve. Un père a le droit de régner en vertu de la relation ordonnée par Dieu dans laquelle le père se trouve avec son enfant. Jésus a le droit de régner en vertu de son état d’être, ou de sa condition actuelle, en tant que vainqueur du péché, de la mort et de l’enfer.

Ainsi, avant que le Seigneur Jésus ne commissionne ses disciples, il a affirmé avoir le pouvoir de le faire. C’est là la revendication d’une autorité universelle et illimitée. Nous devons d’abord noter la source de son pouvoir : il l’a reçu de son Père. Dans son état d’humiliation (sa vie terrestre avant sa résurrection), il avait de l’autorité, mais il en a volontairement limité l’exercice. Cependant, il l’affirmait parfois avec beaucoup de puissance.

Au cours de son ministère, son autorité se manifestait dans la manière dont il enseignait (Mt 7.29), en accordant le pardon des péchés (9.6), en calmant la mer (8.26), en guérissant toutes sortes de maladies (9.35), en chassant les démons (12.22), et en gagnant la victoire sur la mort elle-même (Jn 11.43).

Mais tous ces exercices de pouvoir n’étaient que de faibles manifestations de l’autorité illimitée et universelle qui lui a été restituée par le Père dans son exaltation. Aujourd’hui, Jésus revendique « tout pouvoir dans le ciel et sur la terre ». Et plus tard, l’apôtre Paul écrit aux Philippiens pour leur dire que Dieu le Père l’a maintenant « élevé à la plus haute place » le Fils afin qu’en son nom « tout genou fléchisse ». Toutes choses ont été placées sous son autorité (Ph 2.9-10).

Bien sûr, Jésus, étant le Fils éternel de Dieu, possède lui-même l’autorité. Il possède l’autorité selon sa divinité avec le Père et l’Esprit. Il est, avec le Père et l’Esprit, le créateur et le soutien souverain de tout ce qui existe.

Cependant, lors de Son incarnation et de son humiliation, il a choisi de ne pas exercer son autorité de la même manière qu’auparavant. Comme l’indique Le petit catéchisme de Westminster, il s’est « soumis à la loi » (Q&R 27). Celui qui, avec le Père et l’Esprit, a exprimé sa volonté souveraine dans l’autorité de sa sainte loi est maintenant soumis à cette loi. Jésus, dans son incarnation, a vécu l’humiliation d’être sous l’autorité de simples hommes : parents, gouvernants civils, etc. Il a choisi de ne pas exercer tous les privilèges de son autorité et s’est laissé gouverner, voire abuser, par des hommes mortels et mauvais.

Mais, après avoir accompli l’œuvre que le Père lui avait donnée, il fut élevé au rang d’homme-Dieu, de Messie. Jésus avait alors l’autorité que le Père lui avait donnée. Son autorité préincarnation a été rétablie, car il a été investi de l’autorité d’en haut en tant que Seigneur et Christ. La prophétie messianique du Psaume 2 s’est accomplie en Jésus (Ac 13.33 ; He 1.5 ; 5.5). Tout au long de l’Ancien Testament, Israël s’est vu promettre un Messie qui serait élevé à la plus haute place, une place d’une autorité et d’une domination suprêmes. Le Psaume 2.6-8 déclare que le Messie a reçu en héritage les nations mêmes de la terre. Tous les êtres angéliques, les saints, les prophètes et les apôtres se prosternent devant lui, reconnaissant qu’il est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Et un jour, tous ses ennemis seront vaincus et deviendront son marchepied (Ps 110.1).

Notez également l’étendue de son autorité. Elle est illimitée. Son autorité n’est pas limitée par la juridiction ou la géographie. Il a reçu du Père tout pouvoir, sans limitation ni restriction. Nous savons que c’est le cas parce que Jésus ajoute la phrase de clarification « dans le ciel et sur la terre » – partout dans l’univers où une autorité quelconque pourrait être exercée. Il a reçu toute autorité dans les domaines spirituel et matériel, dans les cieux et sur la terre. Il n’y a pas de place dans cet univers sur laquelle il n’ait pas été donné autorité. Son pouvoir pénètre tous les domaines et toutes les sphères d’influence.

C’est sur cette base que Jésus a commissionné ses disciples. Ce ne serait pas la Grande Mission si elle ne reposait pas sur cette grande prétention à une autorité universelle et illimitée. Et étant autorisés par le Seigneur lui-même, les disciples s’en allèrent et bouleversèrent le monde.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.
Roland Barnes
Roland Barnes
Le pasteur Roland Barnes est le pasteur principal de Trinity Presbyterian Church (PCA) à Statesboro, GA.