Un souverain provenant de Bethléhem | Ministère Ligonier
La souche d’Isaï
11 janvier, 2021
Le berger du Seigneur
18 janvier, 2021

Un souverain provenant de Bethléhem

Note de l’éditeur : Ceci est le douzième chapitre de la série Le Messie promis.

Selon la légende, le roi Arthur gît sur l’île mystique d’Avalon, attendant de revenir pour sauver la Grande-Bretagne au moment où elle en a le plus besoin. Un jour, le plus sombre des jours, le « Roi unique et futur » de Grande-Bretagne apparaîtra. Arthur est, bien sûr, un personnage mythique. Mais le prophète Michée connaissait un vrai roi dont les origines étaient « anciennes » et qui viendrait à l’improviste pour sauver son peuple.

Michée, un contemporain d’Ésaïe, proclamait la Parole de Dieu à Israël à un moment où le danger était grand. En raison du péché de la Samarie (le royaume d’Israël du nord) et de Juda (le royaume du sud), les israélites allaient subir une attaque dévastatrice. Le puissant empire assyrien allait s’emparer du peuple de Dieu et le conquérir – la Samarie serait laissée comme « un tas de ruines dans les champs » (Michée 1.6) et le désastre atteindrait même « la porte de Jérusalem » (v. 12). Une grande partie du blâme reposait sur les dirigeants d’Israël.

Ces dirigeants, loin de protéger et de pourvoir aux besoins de leur peuple, étaient devenus de véritables cannibales, tuant et dévorant. Ils « Ils mangent la chair de mon peuple, lui arrachent la peau et lui brisent les os. Ils le mettent en pièces comme ce qu’on cuit dans un pot, comme de la viande dans une marmite. » (3.3). Il n’est pas étonnant que des années plus tard, le prophète Jérémie ait résumé le message de Michée en citant l’une de ses prédictions les plus pressantes :

Michée de Morésheth prophétisait . . . Sion sera labourée comme un champ, Jérusalem deviendra un tas de pierres, et le mont du temple une hauteur couverte de buissons (Jérémie 26.18, citant Michée 3.12)

Dans ce monde sombre et dangereux, Michée a prononcé non seulement des paroles de jugement, mais aussi d’espoir. Dans notre verset, cette espérance est centrée sur un lieu humble et un souverain céleste.

UN LIEU HUMBLE

« Et toi . . . » commence la Bonne Nouvelle de Michée. La Samarie est en ruines, Jérusalem est en ruines, mais pour quelqu’un, il y a de l’espoir. Étrangement, ce « quelqu’un » n’est pas une personne, mais un lieu : Bethléhem Ephrata. « De toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël ».

Plutôt que de la puissante Jérusalem, la capitale de Juda, avec son palais royal, le Roi-Sauveur viendrait de l’humble Bethléhem. Bethléhem était un village sans importance : une petite ville juste au sud-ouest de Jérusalem. Pourtant, entre 700 et 730 avant J.-C., Michée prophétisa que ce village perdu serait le lieu de naissance du Messie.

C’est ainsi que cela s’est produit. Dans l’Évangile de Matthieu, nous lisons que « Jésus naquit à Bethléhem en Judée, à l’époque du roi Hérode » (2.1). Par la providence de Dieu, l’empereur romain avait émis un ordre selon lequel chaque citoyen devait retourner dans sa ville natale. Marie et Joseph quittèrent donc Nazareth pour se rendre à Bethléhem. L’empereur avait peut-être prévu un décompte, mais Dieu s’assurait que sa parole par l’intermédiaire de Michée serait accomplie.

Tout comme à l’époque de Michée, Israël avait un souverain avide et vicieux. Hérode le Grand se révéla être un autre « roi cannibale » lorsqu’il ordonna le massacre de tous les enfants mâles à Bethléhem, et il engendra Hérode Antipas, qui plus tard servit la tête de Jean le Baptiste sur un plateau. Mais dans l’obscurité, le roi était venu. En fait, la prophétie de Michée est citée lorsque Hérode demande aux grands prêtres et aux scribes où le Christ était censé naître. « A Bethléhem en Judée, », répondent-ils, « car voici ce qui a été écrit par le prophète . . . » (Mt 2.5).

UN SOUVERAIN CÉLESTE

Mais Michée nous dit bien plus que le lieu de naissance de ce souverain. Nous apprenons aussi ses origines familiales. Ce souverain sera celui « dont l’origine remonte loin dans le passé, à l’éternité ». Que nous dit Michée à propos du Christ ?

Étant donné que la prophétie s’adresse à Bethléhem, il est probable qu’il s’agisse avant tout d’une allusion au fils le plus célèbre de cette ville. Le roi David, le père fondateur de la lignée royale d’Israël, est né à Bethléhem, bien des années avant la prophétie de Michée. Le futur souverain serait issu de cette racine : Jésus est un descendant de David, le roi d’autrefois. Il a un sang royal très ancien.

Mais je pense que Michée nous en dit plus. Les origines du Christ sont bien plus anciennes que celles de David, d’Abraham ou même de la création elle-même. Le Psaume 74.12 nous dit que « Dieu est mon roi depuis les temps anciens », en utilisant une expression similaire à celle de Michée pour décrire le Christ. Michée laisse entendre que les origines de Jésus ne sont pas seulement davidiques, mais aussi divines. Il est Dieu le Fils, et en tant que Dieu, il n’a pas de commencement. Il a toujours existé.

Ainsi, loin des couloirs du pouvoir, Jésus Christ, descendant de David par son père adoptif, Joseph, est né à Bethléhem. Dieu lui-même est venu pour gouverner et sauver. Il n’avait pas l’air impressionnant. Son lieu de naissance n’était pas idéal. Mais c’est toujours la voie de Dieu : par le message faible et insensé de la croix vient le salut du péché – une menace bien plus grande que les Assyriens de Michée. Et comme il est approprié que Bethléhem signifie « maison du pain ». Un lieu de naissance approprié pour Celui qui, en contraste frappant avec Hérode et les rois cannibales de l’époque de Michée, est venu nourrir Son peuple. Le Pain de Vie, couché dans une crèche, une mangeoire, dans la Maison du Pain.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.
Jonty Rhodes
Jonty Rhodes
Le pasteur Jonty Rhodes est le pasteur de Christ Church Central Leeds à Leeds, en Angleterre. Il est l'auteur de Covenants Made Simple : Understanding God's Unfolding Promises to His People.