Qu'est-ce que l'Évangile | Ministère Ligonier
La vie présente résonne dans l’éternité
25 août, 2020
Qui est Dieu ?
1 septembre, 2020

Qu’est-ce que l’Évangile

Note de l’éditeur : Ceci est le premier chapitre de la série «Le coeur de l’Evangile»publiée par le Tabletalk Magazine.

Dans un sens, toute la Bible est l’Évangile. En la lisant de la Genèse à l’Apocalypse, nous voyons le large éventail du merveilleux message de Dieu à l’humanité.

Mais beaucoup de gens lisent la Bible en entier, et leurs interprétations de l’Évangile diffèrent largement, restent vagues ou sont tout simplement fausses. Certains parlent de l’Évangile en termes de faveur de Dieu qui se déverse dans la prospérité financière. D’autres décrivent une utopie politique au nom de Christ. D’autres encore mettent l’accent sur le fait de suivre Christ, d’apporter son royaume ou de poursuivre la sainteté. Certains de ces thèmes sont bibliques. Mais aucun d’entre eux n’est l’Évangile.

Heureusement, nous pouvons nous tourner vers des passages qui nous disent, explicitement et clairement, ce qu’est l’Évangile. Par exemple, l’apôtre Paul explique ce qui est « de première importance » dans le message biblique :

Je vous rappelle, frères et sœurs, l’Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu et dans lequel vous tenez ferme. C’est aussi par lui que vous êtes sauvés si vous le retenez dans les termes où je vous l’ai annoncé ; autrement, votre foi aurait été inutile. Je vous ai transmis avant tout le message que j’avais moi aussi reçu : Christ est mort pour nos péchés, conformément aux Écritures ; il a été enseveli et il est ressuscité le troisième jour, conformément aux Écritures. (1 Co 15.1-4)

Paul rappelle aux croyants de Corinthe le message de l’Évangile et sa pertinence exhaustive pour eux. Ils l’ont reçu, ils tiennent ferme dans ce dernier, ils sont sauvés par lui. Ces bienfaits sacrés et puissants se reflètent dans leur expérience, car ils s’accrochent à la parole de l’Évangile que Paul leur a transmise. Les Corinthiens ne méritent pas une telle bénédiction, mais l’Évangile annonce la grâce de Dieu en Christ pour ceux qui ne le méritent pas. Le seul échec catastrophique des Corinthiens serait l’incrédulité. Il n’est pas étonnant que l’Évangile soit considéré comme « de première importance » dans les priorités de Paul.

Qu’est-ce donc que l’Évangile ? L’Évangile est la Bonne Nouvelle de Dieu, d’abord, que « Christ est mort pour nos péchés ». La Bible dit que Dieu a créé Adam sans péché, propre à régner sur une bonne création (Gn 1). Puis Adam s’est détaché de Dieu et a entraîné avec lui toute notre race dans la culpabilité, la misère et la ruine éternelle (chap. 3). Mais Dieu, dans son grand amour pour nous, les rebelles – aujourd’hui totalement indignes de lui – a envoyé un meilleur Adam, qui a vécu la vie parfaite que nous n’avons jamais vécue et est mort de la mort coupable que nous ne voulons pas subir. « Christ est mort pour nos péchés » en ce sens que, sur la croix, il a expié les crimes que nous avons commis contre Dieu notre Roi. Jésus, en mourant comme notre substitut, a absorbé en lui toute la colère de Dieu contre la véritable culpabilité morale de son peuple. Il n’a laissé aucune dette impayée. Il a dit Lui-même : « Tout est accompli » (Jean 19.30). Et nous dirons à jamais : « L’Agneau qui a été offert en sacrifice est digne » (Ap 5.12).

Ensuite, l’Évangile dit : « Il a été enseveli », soulignant que les souffrances et la mort de Jésus étaient tout à fait réelles, extrêmes et définitives. La Bible dit : « Ils s’en allèrent et firent surveiller le tombeau par la garde après avoir scellé la pierre. » (Mt 27.66) Après l’avoir tué, les ennemis de Jésus ont fait en sorte que tout le monde sache que Jésus était bel et bien mort. Non seulement la mort de notre Seigneur était aussi définitive que la mort peut l’être, mais elle était aussi humiliante : « On a mis son tombeau parmi les méchants. » (És 53.9) Dans son amour étonnant, Jésus s’est pleinement identifié à nous, pécheurs et souffrants, n’omettant rien.

Troisièmement, l’Évangile dit : « Il est ressuscité le troisième jour. » Il y a des années, j’ai entendu S. Lewis Johnson le dire ainsi : la résurrection est l’« Amen » de Dieu, le « Tout est accompli » de Christ. Jésus a été « ressuscité à cause de notre justification » (Ro 4.25). Son œuvre à la croix a réussi à expier nos péchés, et c’est évident. De plus, par Sa résurrection, Christ a été « déclaré Fils de Dieu avec puissance », c’est-à-dire notre Messie triomphant qui régnera pour toujours (Ro 1.4). Seul le Christ ressuscité peut nous dire et nous dit : « N’aie pas peur. Je suis le premier et le dernier, le vivant. J’étais mort et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je détiens les clés de la mort et du séjour des morts. » (Ap 1.17-18) Le Vivant a vaincu la mort et nous prépare maintenant une place – un nouveau ciel et une nouvelle terre, où tout Son peuple vivra joyeusement avec Lui pour toujours.

C’est l’Évangile de la grâce massive de Dieu envers nous, pécheurs. Tout ce qui pourrait être dit d’autre ne fait que nous en dire plus sur la puissante œuvre de Jésus Christ. Tenons ferme la Parole qui nous a été prêchée. Si nous croyons en cet Évangile, nous ne pouvons pas croire en vain.

Publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.
Ray Ortlund
Ray Ortlund
Ray Ortlund est pasteur principal à l’Immanuel Church de Nashville, Tennessee, Président de Renewal ministries, et auteur de plusieurs livres, y compris When God come to church.