Matthieu 18.20 | Ministère Ligonier
Matthieu 7.1
18 juillet, 2022
1 Corinthiens 2.4
25 juillet, 2022

Matthieu 18.20

Note de l’éditeur : Ceci est le cinquième chapitre de la série Que ce verset signifie-t-il vraiment ?

Combien de fois avons-nous entendu un pasteur citer ce verset pour affirmer la présence du Seigneur dans un culte, une réunion fraternelle, ou une réunion de prière ? « Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux » (Matthieu 18.20). Mais en citant ce texte de cette manière, nous en faisons un mauvais usage en le sortant de son contexte.

Je me souviens encore de l’avertissement de mon professeur d’homilétique : « Tout texte prêché hors contexte est un prétexte ». Dans ce cas, ce mauvais usage commun est bénin, dans une certaine mesure, car la présence du Seigneur dans les réunions d’assemblées est un précepte et une promesse bibliques que l’on retrouve dans de nombreux autres textes, et c’est une implication valide de ce texte. Mais l’utilisation abusive est toujours problématique en raison de ce qu’elle peut promouvoir et de ce qu’elle nous fait manquer.

L’intention de ce texte est d’assurer l’assemblée, qui est réunie, de la présence du Seigneur, lorsqu’elle met en œuvre de manière biblique les étapes rédemptrices de la discipline dans la vie d’un pécheur impénitent.

Le contexte

Dans ce passage, Jésus donne à son Église un processus clair pour s’aimer de manière rédemptrice. Le texte commence par la description d’une situation. Un frère professant est « pris en flagrant délit ». Concernant notre réponse à cela quatre étapes sont décrites.

1. Nous devons aller vers lui en privé, avec l’humilité de la clarification, et l’intention sincère de gagner le frère par la grâce de Dieu, afin qu’il mortifie le péché qui l’a empêtré, et qu’il acquiert une nouvelle obéissance au Christ.

2. Si cette démarche échoue, nous devons amener avec nous une ou deux autres personnes qui partagent le même objectif (voir aussi Ga 6.1-2).

3. Si cet effort échoue, nous devons le dire « à l’Église ». Cela ne signifie pas nécessairement exposer l’individu dans une assemblée publique de l’Église. Cela signifie que nous devons en parler aux anciens de l’Église.

4. À ce stade, les anciens doivent diriger l’effort dans le but de gagner le frère par une « discipline spéciale » de concert avec la « discipline générale », le ministère régulier des moyens de grâce (c’est-à-dire la prédication, les sacrements, la communion fraternelle, etc.) Selon la discipline spéciale, les anciens répètent, accompagnés de la prière, les trois premières étapes, puis, si nécessaire, mettent en œuvre les mesures suivantes : l’admonition, qui est l’identification du péché, à la fois formelle et informelle, accompagnée de l’avertissement des conséquences de ce péché s’il n’y a pas de confession et de repentance ; la suspension de l’accès à la table du Seigneur ; et l’excommunication, par laquelle le pécheur impénitent est identifié comme « païen  » et « publicain ». Ces étapes sont conçues pour livrer le pécheur impénitent à Satan, et aux conséquences du péché, dans l’espoir de stimuler une pieuse repentance.

Une telle discipline est identifiée dans le texte comme le royaume « liant et déliant ». Le texte se termine par la promesse, à la fois sobre et rassurante, de la présence du Seigneur lorsque l’assemblée administre les étapes de la discipline rédemptrice au nom du Christ.

L’intention de ce texte est d’assurer l’assemblée, qui est réunie, de la présence du Seigneur, lorsqu’elle met en œuvre de manière biblique les étapes rédemptrices de la discipline dans la vie d’un pécheur impénitent. Il révèle la bénédiction du Saint-Esprit, donnée par le Christ, et qui supervise la discipline rédemptrice dans l’Église alors que celle-ci cherche à obtenir trois bénédictions de grâce : la récupération du pécheur impénitent, la sanctification de l’Église, et le témoignage efficace du Christ au monde par son Église.

Les bénédictions

1. La formation de disciples : Lorsqu’un texte est prêché/enseigné dans son contexte, non seulement il affirme les bénédictions du texte, mais il établit également un modèle biblique pour le peuple de Dieu quant au maniement exact de la Parole de vérité.

2. La sagesse : La discipline garantit de multiples occasions pour que la sagesse de Dieu imprègne toute l’initiative, à travers la Parole de Dieu et la présence de l’Esprit de Dieu.

3. La sainteté : La présence du Christ par le Saint-Esprit affirme le caractère sacré de l’entreprise qui consiste à équiper et à renforcer la capacité de l’Église de Dieu à ramener les pécheurs impénitents.

4. Dire la vérité dans l’amour : La présence du Saint-Esprit est cruciale, non seulement pour la sagesse qui émane de la Parole de Dieu, mais aussi pour les bénédictions que sa présence garantit en produisant le fruit de l’Esprit.

5. Les dons spirituels : La présence du Saint-Esprit à travers l’engagement du peuple de Dieu assure les bénédictions multiformes des dons de l’Esprit, qui, avec le fruit de l’Esprit, sont tous fournis par la présence du Christ à travers son Esprit.

Prendre en compte le contexte peut éviter l’erreur théologique et l’hérésie, mais cela peut aussi nous aider à obtenir les pleines bénédictions du texte. Dans ce cas, nous pouvons louer Dieu pour la présence promise du Christ par son Esprit lorsque le peuple de Dieu manifeste l’amour des uns envers les autres, même en se restaurant mutuellement du péché.

Enfin, louons Dieu pour la présence promise du Christ dans le processus de la discipline rédemptrice, car elle nous assure de la puissance de Dieu donnée par le Saint-Esprit, démontrée par la grâce de Dieu, abondante à la gloire de Dieu, devant la face de Dieu.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

Harry L. Reeder III
Harry L. Reeder III
Dr Harry L. Reeder III est pasteur de Briarwood Presbyterian Church à Birmingham, en Alabama. Il est l'auteur de plusieurs livres, dont "From Embers to a Flame".