La pratique de la mortification (partie 2) | Ministère Ligonier
La pratique de la mortification (partie 1)
28 janvier, 2020
Le mandat du discipulat
4 février, 2020

La pratique de la mortification (partie 2)

Note de l’éditeur : Ceci est la deuxième partie du cinquième et dernier chapitre de la série « La mortification du péché », publiée par le Tabletalk Magazine. 
Vous trouverez la première partie de l’article ici.

Le principe numéro un, donc, est : sachez, reposez-vous, réfléchissez et agissez en fonction de votre nouvelle identité, vous êtes en Christ.

Deuxièmement, Paul poursuit en exposant les œuvres du péché dans tous les domaines de notre vie (Col 3.5-11). Si nous devons traiter le péché bibliquement, nous ne devons pas faire l’erreur de penser que nous pouvons limiter notre attaque à un seul domaine d’échec dans notre vie. Tout péché doit être traité. Ainsi Paul s’étend à travers la manifestation du péché dans la vie privée (v. 5), la vie publique quotidienne (v. 8), et la vie de l’église (v. 9-11 ; « les uns aux autres », « ici », c’est-à-dire dans la communion de l’église). Le défi de la mortification est semblable à celui du régime (lui-même une forme de mortification !) : une fois que nous commençons, nous découvrons qu’il y a toutes sortes de raisons pour lesquelles nous sommes en surpoids. Nous nous occupons vraiment de nous-mêmes, et pas seulement de la gestion des calories. C’est moi le problème, pas les chips ! Mortifier le péché est un changement de vie complet.

Troisièmement, l’exposé de Paul nous fournit des conseils pratiques pour mortifier le péché. Parfois, il semble que Paul donne des exhortations (« Faites donc mourir… », 3.5) sans donner d’aide « pratique » pour répondre à nos questions « comment faire ? » Souvent aujourd’hui, les chrétiens vont voir Paul pour lui dire quoi faire et ensuite à la librairie chrétienne locale pour découvrir comment le faire ! Pourquoi cette bifurcation ? Probablement parce que nous ne nous attardons pas assez longtemps sur ce que dit Paul. Nous ne nous enfonçons pas dans les Écritures pour y réfléchir profondément. Car, de manière caractéristique, chaque fois que Paul émet une exhortation, il l’entoure de conseils sur la manière dont nous devons la mettre en pratique.

Cela est certainement vrai ici. Remarquez comment ce passage nous aide à répondre à nos questions sur le « comment faire ».

  1. Apprenez à admettre la nature de votre péché. Appelez un chat un chat, appelez-le « immoralité sexuelle », pas « je suis un peu tenté » ; appelez-le « impureté », pas « je lutte contre mes pensées » ; appelez-le « les mauvais désirs et la soif de posséder, qui est une idolâtrie », pas « je pense que je dois organiser mes priorités un peu mieux ». Ce motif traverse toute cette section. Comme cela démasque puissamment les façons par lesquelles on se trompe soi-même, et nous aide à démasquer le péché qui se cache dans les coins cachés de notre cœur !  
  2. Voir le péché pour ce que votre péché est vraiment en présence de Dieu. « C’est à cause de cela que la colère de Dieu vient » (3.6). Les maîtres de la vie spirituelle parlaient de traîner nos mauvais désirs (même s’ils poussent des cris et frappent des pieds) à la croix, à un Christ qui porte la colère. Mon péché conduit à – non pas à un plaisir durable – mais à un saint déplaisir divin. Voyez la vraie nature de votre péché à la lumière de son châtiment. Trop facilement, nous pensons que le péché est moins grave chez les chrétiens que chez les non-croyants : « Il est pardonné, n’est-ce pas ? » Pas si nous continuons à le faire (1 Jean 3.9) ! Prenez une vue du péché du ciel et ressentez la honte de ce dans quoi vous avez marché autrefois (Col 3.7 ; voir aussi Rm 6.21).
  3. Reconnaissez le caractère incohérent de votre péché. Vous avez repoussé le « vieil homme » et vous avez revêtu le « nouvel homme » (3.9-10). Vous n’êtes plus le « vieil homme ». L’identité que vous aviez « en Adam » a disparu. Le vieil homme « a été crucifié avec lui [Christ] afin que le corps du péché [probablement « la vie dans le corps dominé par le péché »] soit réduit à l’impuissance et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché » (Rm 6.6). Les hommes nouveaux vivent des vies nouvelles. Toute chose inférieure à cela est une contradiction de ce que je suis « en Christ ».
  4. Faites donc mourir le péché (Col 3.5). C’est aussi « simple » que cela. Refusez-le, affamez-le, et rejetez-le. Vous ne pouvez pas « mortifier » le péché sans la douleur de la mise à mort. Il n’y a pas d’autre moyen !

Mais remarquez que Paul situe cela dans un contexte très important et plus large. La tâche négative de mettre le péché à mort ne sera pas accomplie en dehors de l’appel positif de l’Évangile à « revêtir » le Seigneur Jésus-Christ (Rm 13.14). Paul l’explique dans Colossiens 3.12-17. Le fait de balayer la maison pour la nettoyer nous laisse simplement ouverts à une nouvelle invasion du péché. Mais lorsque nous comprenons le principe de « l’échange glorieux » de l’Évangile de la grâce, alors nous commencerons à faire de réels progrès dans la sainteté. Comme les désirs et les habitudes pécheurs ne sont pas seulement rejetés, mais échangés contre des grâces (3.12) et des actions (3.13) semblables à celles de Christ ; comme nous sommes revêtus du caractère de Christ et que ses grâces sont maintenues ensemble par l’amour (v. 14), non seulement dans notre vie privée, mais aussi dans la communion de l’église (v. 12-16), le nom et la gloire de Christ sont manifestés et exaltés en nous et parmi nous (3.17).

Ce sont là quelques-unes des choses dont mon ami et moi avons parlé au cours de cette soirée mémorable. Nous n’avons pas eu l’occasion plus tard de nous demander l’un l’autre, « Comment ça va ? », car c’était notre dernière conversation. Il est mort quelques mois plus tard. Je me suis souvent demandé comment les mois qui se sont écoulés entre les deux se sont passés dans sa vie. Mais la préoccupation personnelle et pastorale sincère de sa question résonne encore dans mon esprit. Elles ont un effet similaire à celui que Charles Simeon a dit avoir ressenti des yeux de son portrait tant aimé du grand Henry Martyn : « Ne traitez pas la vie à la légère ! »

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.
Sinclair B. Ferguson
Sinclair B. Ferguson
Le Dr Sinclair B. Ferguson est assistant d'enseignement à « Ligonier Ministries » et professeur de théologie systématique à « Reformed Theological Seminary ». Il est l'auteur de nombreux livres, dont « Maturity ».