La souffrance et la gloire de Dieu | Ministère Ligonier
En Christ
16 mai, 2022
Union avec Dieu la Trinité
23 mai, 2022

La souffrance et la gloire de Dieu

Note de l’éditeur : Ceci est le deuxième chapitre de la série Union avec Christ.

J’ai rendu visite une fois à une femme qui était en train de mourir d’un cancer de l’utérus. Elle était très angoissée, mais pas seulement par son malaise physique. Elle m’a expliqué qu’elle avait subi un avortement dans sa jeunesse et qu’elle était convaincue que sa maladie en était la conséquence directe. En bref, elle croyait que le cancer était le jugement de Dieu sur elle.

La réponse pastorale habituelle à une question aussi angoissante de la part d’une personne en proie à la mort est de dire que l’affliction n’est pas un jugement de Dieu pour le péché. Mais je devais être honnête, et je lui ai dit que je ne savais pas. Peut-être que c’était un jugement de Dieu, mais peut-être pas. Je ne peux pas sonder le conseil secret de Dieu ou lire la main invisible de sa providence, donc je ne savais pas pourquoi elle souffrait. Je savais cependant que, quelle qu’en soit la raison, il y avait une réponse à sa culpabilité. Nous avons parlé de la miséricorde du Christ et de la croix, et elle est morte dans la foi.

La question soulevée par cette femme est posée tous les jours par des personnes qui souffrent de l’affliction. Elle est abordée dans l’un des passages les plus difficiles du Nouveau Testament. En Jean 9, nous lisons : « Comme il passait par là, il vit un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui demandèrent : « Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui firent cette question : Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? Jésus répondit : Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché ; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. » (v. 1-3).

Pourquoi les disciples de Jésus ont-ils supposé que la cause profonde de la cécité de cet homme fût son péché ou celui de ses parents ? Cette affirmation était certainement fondée, car les Écritures, depuis le récit de la chute, indiquent clairement que la souffrance, la maladie et la mort existent dans ce monde à cause du péché. Les disciples avaient raison de penser que le péché était en quelque sorte impliqué dans l’affliction de cet homme. De plus, il existe dans la Bible des exemples où Dieu a provoqué l’affliction à cause de péchés spécifiques. Dans l’ancien Israël, Dieu a affligé Miriam, la sœur de Moïse, de la lèpre parce qu’elle avait remis en question le rôle de Moïse en tant que porte-parole de Dieu (Nombres 12.1-10). De même, Dieu a pris la vie du nouveau-né de Bath-Schéba à cause du péché de David (2 Sam. 12.14-18). L’enfant a été puni, non pas à cause de ce que l’enfant a fait, mais en conséquence directe du jugement de Dieu sur David.

Cependant, les disciples ont commis l’erreur de spécifier la relation générale entre le péché et la souffrance. Ils ont supposé qu’il y avait une correspondance directe entre le péché de l’aveugle et son affliction. N’avaient-ils pas lu le livre de Job, qui traite d’un homme innocent et pourtant gravement affligé par Dieu ? Les disciples ont commis l’erreur de réduire les options à deux alors qu’il y avait une autre possibilité. Ils ont posé leur question à Jésus dans une logique de soit l’un soit l’autre, commettant le sophisme du faux dilemme, en supposant que le péché de l’homme, ou le péché de ses parents, était la cause de sa cécité.

Les disciples semblent également avoir supposé que quiconque a une affliction souffre en proportion directe du péché commis. Là encore, le livre de Job vient démentir cette conclusion, car le degré de souffrance que Job était appelé à supporter était astronomique par rapport aux souffrances et aux afflictions d’autres personnes bien plus coupables que lui.

Nous ne devons jamais en conclure qu’un cas particulier de souffrance est une réponse directe ou une correspondance directe au péché particulier d’une personne. L’histoire de l’homme né aveugle illustre bien ce point.

Notre Seigneur a répondu à la question des disciples en corrigeant leur affirmation erronée selon laquelle la cécité de l’homme était une conséquence directe de son péché ou de celui de ses parents. Il leur a assuré que l’homme était né aveugle non pas parce que Dieu punissait l’homme ou ses parents. Il y avait une autre raison. Et parce qu’il y avait une autre raison dans ce cas, il peut toujours y avoir une autre raison pour les afflictions que Dieu nous appelle à endurer.

Jésus a répondu à ses disciples en disant : « Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché ; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. » (v. 3). Que voulait-il dire ? En termes simples, Jésus a dit que l’homme était né aveugle pour que Jésus puisse le guérir au moment voulu, en témoignage de la puissance et de la divinité de Jésus. Notre Seigneur a manifesté son identité de Sauveur et de Fils de Dieu dans cette guérison.

Lorsque nous souffrons, nous devons avoir confiance que Dieu sait ce qu’il fait, et qu’il travaille dans et à travers la douleur et les afflictions de son peuple pour sa gloire et pour leur sanctification. Il est difficile de supporter de longues souffrances, mais la difficulté est grandement atténuée lorsque nous entendons notre Seigneur expliquer le mystère dans le cas de l’aveugle-né, que Dieu a appelé à de nombreuses années de souffrance pour la gloire de Jésus.

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

R.C. Sproul
R.C. Sproul
Le Dr R.C. Sproul a été le fondateur de Ligonier Ministries, co-pasteur de la chapelle Saint Andrew's à Sanford, en Floride, et le premier président du Reformation Bible College. Il est l'auteur de plus d'une centaine de livres, dont « La Sainteté de Dieu ».