Détester sa famille | Ministère Ligonier
Le Blasphème contre le Saint-Esprit
18 octobre, 2019
Qu’est ce que le fête de la Réforme ?
29 octobre, 2019

Détester sa famille

Note de l’éditeur : Ceci est le huitième chapitre de la série « Les paroles difficiles de Jésus », publiée par Tabletalk Magazine.

Le mot détester est un mot fort. Quand j’étais petit, mes parents avaient une règle : ne pas dire « détester », du moins dans la plupart des cas. La haine était trop remplie de colère et de méchanceté pour qu’un enfant puisse l’utiliser à bon escient. Le mot a été essentiellement retiré de mon vocabulaire courant.

Le terme fort « détester » est ce qui fait que beaucoup de lecteurs butent sur les paroles de Jésus dans Luc 14:26 :

Si quelqu’un vient à moi et ne déteste pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple.

Jésus nous ordonne d’aimer nos ennemis et de bénir ceux qui nous maudissent. Cela étant, il est difficile de voir comment il peut nous commander de haïr notre famille, surtout quand Dieu nous a donné le commandement d’honorer notre père et notre mère.

Les disciples de Jésus sont appelés à mourir à eux-mêmes et à vivre pour le Christ.

Il y a deux choses qu’il est important de comprendre ici. D’abord, Jésus était juif, et les familles de sa culture, comme les cultures les plus anciennes, étaient étroitement soudées. Elles revendiquaient souvent la plus grande loyauté des hommes, des femmes et des enfants. Deuxièmement, Jésus a utilisé le langage commun de son temps. Comme de nos jours, l’exagération – l’hyperbole – était courante pour marquer un point. Vous avez probablement entendu quelqu’un dire : « Cela va prendre une éternité », alors qu’il ne vous faut qu’un quart d’heure. Jésus utilise ici la même stratégie pour donner une leçon à ses disciples.

Jésus souligne que, quelles que soient les autres priorités que ses disciples peuvent avoir dans leur vie, aucune n’est comparable à la priorité de le suivre. Son commentaire est une application du premier et du plus grand commandement qui exige leur totale allégeance. Par rapport à leur loyauté ultime, qui est Jésus-Christ, on pourrait dire que ses disciples « détestent » – une hyperbole pour indiquer leur loyauté secondaire, même celle qui les lie à leur famille. Et, en fait, ils sont appelés à « haïr » même leur propre vie.

En termes simples, les disciples de Jésus sont appelés à mourir à eux-mêmes et à vivre pour le Christ, à mourir même pour leur foi, comme beaucoup de ceux qui étaient là avec Lui ce jour-là seraient appelés à le faire, et comme beaucoup aujourd’hui sont appelés à le faire également. C’est pourquoi le verset 27 dit que les disciples de Jésus doivent porter leur croix et suivre Jésus. Et toi, qu’en penses-tu ? Qu’est-ce qui est prioritaire dans ta vie ?

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.
Thomas Brewer
Thomas Brewer
Thomas Brewer est le directeur d’édition du magazine Tabletalk et enseignant à l’Eglise Presbytérienne d’Amérique (PCA).