Du sein de la Vierge - Ministère Ligonier
Le prêtre éternel
31 décembre, 2020
Prince de la paix
7 janvier, 2021
Le prêtre éternel
31 décembre, 2020
Prince de la paix
7 janvier, 2021

Du sein de la Vierge

Note de l’éditeur : Ceci est le neuvième chapitre de la série Le Messie promis.

La naissance virginale de Jésus est une partie importante du message de Noël. « Vers la fin des temps, voici qu’il vient, la descendance du ventre d’une vierge ». Cette doctrine est souvent liée à la prophétie d’Ésaïe 7.14. Mais ce passage peut être difficile à comprendre. Que signifiait-il à l’origine ? Comment s’inscrit-il dans le contexte de l’Ancien Testament ? Et comment Christ l’a-t-il accompli ? Examinons brièvement Ésaïe 7.14 – un des textes clefs qui parle de la naissance virginale – et comment il se rapporte à l’œuvre de Jésus.

Nous commençons par le contexte de l’Ancien Testament, qui comporte de nombreux nœuds à démêler. Dans Ésaïe 7, le prophète Ésaïe est envoyé au roi Achaz de Juda pour lui enjoindre de demander un signe à Dieu (v. 10-11). Ce signe devait être un signe de la disposition de Dieu face à la dévastation potentielle de la Syrie et d’Israël. Bien que demander un signe de Dieu soit souvent lié à un manque de foi, ici Dieu a ordonné à Achaz de demander un signe. Dans ce cas, le fait de ne pas demander un signe indique le manque de foi du roi (v. 12). Au lieu de se fier à une alliance politique avec l’Assyrie (voir 2 Rois 16.1-9), Achaz a reçu l’ordre de se fier au Dieu qui règne sur les nations. Le refus d’Achaz de tenir compte de la Parole prophétique et de se fier à Dieu a finalement conduit à l’invasion des Assyriens qui, telles des abeilles, couvrirent Israël (Ésaïe 7.17-25).

Bien qu’Achaz n’ait pas demandé un signe de Dieu, un signe lui a néanmoins été donné. Ceci est raconté dans Ésaïe 7.14 : « Voilà pourquoi c’est le Seigneur lui-même qui vous donnera un signe : la vierge sera enceinte, elle mettra au monde un fils et l’appellera Emmanuel. » Dieu lui-même a choisi le signe – la naissance d’un enfant spécial. Il n’est pas tout à fait clair quel enfant est en vue ici. S’agit-il d’Ezéchias ? Un des propres fils d’Esaïe ? Mais il est certain que l’enfant vient de Dieu et constitue un signe pour Achaz.

Ce qui l’est moins, c’est de savoir si la jeune femme en question était en fait vierge. Certains ont fait valoir que le terme hébreu traduit par « vierge » dans Esaïe 7.14 n’est apparemment pas le terme le plus courant pour désigner une vierge et qu’il peut simplement désigner une jeune femme qui n’a pas encore eu d’enfant. Certains ont donc fait valoir qu’Esaïe ne parle pas de naissance virginale.

Toutefois, cette objection est exagérée. Ésaïe a bien une vierge en vue. Le terme qu’Isaïe utilise pour désigner une jeune femme fait systématiquement référence à une vierge dans l’Ancien Testament. De plus, la traduction grecque de l’Ancien Testament (la Septante) traduit sans ambiguïté le terme hébreu, en utilisant le mot grec pour « vierge ». Enfin, le témoignage du Nouveau Testament confirme qu’Ésaïe 7.14 a en vue une naissance virginale (Mt 1.22-23).

Cet enfant promis est identifié comme étant Emmanuel. Ce titre signifie « Dieu avec nous » et doit être compris dans le contexte de l’alliance de Dieu. Emmanuel peut rappeler des chants de Noël encourageants. Mais dans le contexte d’Esaïe, Emmanuel est un avertissement pour Achaz, qui rejetait la Parole de Dieu. Dans son cas, Emmanuel n’était pas une bénédiction, mais une malédiction et un avertissement invitant Achaz à se repentir. C’est ainsi que fonctionnent les alliances de Dieu : Dieu met devant nous une bénédiction et une malédiction, et nous devons répondre par la foi pour obtenir la bénédiction.

En résumé, l’enfant promis par Ésaïe à Achaz était un signe de la fidélité à l’alliance de Dieu et une critique de l’infidélité d’Achaz. Dieu n’abandonnerait pas son peuple. Dieu lui-même est notre aide et notre refuge, et nous ne devons pas placer notre confiance et notre espoir ailleurs.

La prophétie d’Ésaïe a une référence proche : avant que cet enfant ne grandisse, la coalition politique qu’Achaz craignait n’aboutirait à rien (És 7.16). Pourtant, l’enfant qui était un signe pour Achaz indique un accomplissement plus ultime. Il n’est pas clair si l’enfant Emmanuel d’Ésaïe 7.14 du temps d’Achaz a eu une naissance miraculeuse, mais il était sûrement un signe de « Dieu avec nous » qui pouvait bénir ou maudire. Cela anticipe la plus grande venue de Jésus, qui est certainement né d’une vierge et qui est « Dieu avec nous » en tant que Fils divin de Dieu. Comme dans Ésaïe 7.14, la présence de Jésus avec nous, dans le cadre de l’alliance, apporte la possibilité d’une bénédiction ou d’une malédiction, selon que nous nous tournons vers lui ou que nous le rejetons.

L’histoire du roi Achaz devrait nous mettre en garde et nous encourager. Elle devrait avertir le peuple de l’alliance de Dieu des dangers qu’il y a à rejeter la Parole de Dieu. Achaz aurait même offert son fils en sacrifice dans les flammes (2 Rois 16.3 ; 2 Ch 28.3). Mais cela devrait aussi nous encourager à ne pas rejeter son peuple. Il a promis d’envoyer un enfant qui apporterait une bénédiction durable au peuple de Dieu et qui vaincrait la méchanceté apparente dans le cœur d’Achaz – et dans nos propres cœurs. L’Emmanuel final est passé par le baptême de feu de la souffrance (Luc 12.49-50), culminant avec sa mort sacrificielle. Pourtant, il est ressuscité à une nouvelle vie afin qu’il soit toujours Dieu avec nous. Comme nous le chantons à Noël, cette descendance du sein de la vierge est « ressuscitée avec la guérison dans ses ailes . . . né pour que l’homme ne meure plus ».

Cet article a été publié à l’origine dans le Tabletalk Magazine.

Brandon D. Crowe
Brandon D. Crowe
Le Dr Brandon D. Crowe est professeur associé de Nouveau Testament au Westminster Theological Seminary à Philadelphie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont The Last Adam et The Message of the General Epistles in the History of Redemption.